Lützerath, le village peuplé d’irréductibles militants écolos

C’est avec une référence à Astérix et Obélix que la Tageszeitung aborde la situation aux abords du hameau de Lützerath, entre Aix-la-Chapelle et Cologne. “Toute l’Allemagne est occupée par les bulldozers… peut-on lire sur la première page de la version hebdomadaire du journal de gauche. Toute ? Non ! Un petit village d’irréductibles militants résiste encore et toujours à la police et à l’énergéticien RWE.”

Le hameau rhénan est contrôlé depuis des mois par des militants écologistes opposés à la destruction du lieu, déserté de ses résidents, et à l’agrandissement de la mine de charbon voisine, Garzweiler II. Or, ce mercredi 11 janvier, une vaste opération a été lancée par les forces de l’ordre pour les déloger.

“Actuellement, les policiers sont partout à Lützerath, explique le reporter Aron Boks sur le live du journal berlinois. Ils sont arrivés très vite, car ils avaient entouré le village de tous côtés.” Sur Twitter, des photos relayées par des militants montrent les nombreux véhicules de police garés en début de journée tout autour du site. Des échauffourées ont également été signalées dans la matinée, les forces de l’ordre accusant les protestataires de leur avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“David contre Goliath”

Les militants écologistes savaient depuis le début de semaine que l’expulsion était imminente, précise le titre d’outre-Rhin. Mais beaucoup ont choisi de rester sur place pour protester contre l’accord gouvernemental passé en octobre 2022 avec le fournisseur d’énergie RWE, qu’ils jugent contraires à l’accord de Paris sur le climat. Avec cet arrangement, le fournisseur d’énergie est autorisé à raser Lützerath et à exploiter le charbon présent dans son sous-sol, à condition de sauver cinq autres villages des environs et de fermer Garzweiler II dès 2030 au lieu de 2038.

Désormais, “les projecteurs sont braqués sur Lützerath”, estime la Tageszeitung. Dans un éditorial publié le 9 janvier, le titre de gauche comparait le rapport de force entre les militants écologistes et la police au “combat de David contre Goliath”. S’inspirant de l’occupation de la forêt allemande de Hambach en 2018, les protestataires tentent toujours de retarder au maximum les travaux prévus par RWE. Mais contrairement à Astérix et Obélix, ils n’ont pas à leur disposition de potion magique pour s’opposer à des agents suréquipés.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :