L'événement prévu par les Nations unies sur le Xinjiang est une insulte, dit Pékin

·1 min de lecture
L'ÉVÉNEMENT PRÉVU PAR LES NATIONS UNIES SUR LE XINJIANG EST UNE INSULTE, DIT PÉKIN

par David Kirton

PÉKIN (Reuters) - La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré lundi que l'utilisation des Nations Unies comme plateforme pour un événement virtuel sur la répression des musulmans Ouïghours et des autres minorités du Xinjiang était une insulte à l'institution.

La Chine a demandé aux États membres de l'ONU de ne pas assister à l'événement virtuel organisé par l'Allemagne, les États-Unis et la Grande-Bretagne.

"Les États-Unis se sont associés à plusieurs pays, ont abusé des ressources et de la plateforme des Nations unies, et ont dénigré et attaqué la Chine pour servir leurs propres intérêts", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse quotidienne à Pékin.

"Il s'agit d'un blasphème total contre les Nations unies", a-t-elle déclaré.

La Chine a ajouté que les organisateurs de cet événement virtuel des Nations unies, qui doit avoir lieu mercredi, "se servent des problématiques des droits de l'homme comme d'un outil politique pour interférer dans les affaires intérieures de la Chine"

Des Etats occidentaux et des groupes de défense des droits civils accusent les autorités du Xinjiang de détenir et torturer des Ouïghours dans des camps, ce que les Etats-Unis ont qualifié de génocide. En janvier, Washington a interdit les importations de coton et de produits à base de tomate en provenance du Xinjiang suite à des accusations de travail forcé.

Pékin nie ces accusations et décrit ces camps comme des centres de formation professionnelle destinés à lutter contre l'extrémisme religieux.

(David Kirton, version française Hayat Gazzane, édité par Nicolas Delame)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles