L'équipe de Trump déboutée en appel en Pennsylvanie

·3 min de lecture
L'ÉQUIPE DE TRUMP DÉBOUTÉE EN APPEL EN PENNSYLVANIE

WASHINGTON (Reuters) - Une cour d'appel fédérale des Etats-Unis a débouté vendredi l'équipe de Donald Trump qui demandait à ce que soit bloquée l'annonce de la victoire de Joe Biden en Pennsylvanie, infligeant un nouveau revers significatif au président sortant et à ses conseillers.

"Des élections libres et justes sont le poumon de notre démocratie. Des accusations d'iniquité sont graves. Mais affirmer qu'une élection est injuste ne suffit pas à l'établir. Les accusations doivent comporter des allégations précises puis des preuves. Nous n'en avons pas dans cette affaire", a écrit le juge Stephanos Bibas, résumant l'opinion des trois juges de la cour d'appel du troisième circuit.

Donald Trump, qui a assuré jeudi qu'il respecterait le vote du collège électoral américain, le 14 décembre prochain, continue cependant de se dire victime d'une "élection truquée" et espère inverser l'issue de l'élection présidentielle du 3 novembre dernier, dont son rival démocrate a été déclaré vainqueur.

Le désaveu est d'autant plus rude pour le camp Trump que le juge Bibas a été nommé en personne par le président sortant. Les deux autres juges, Brooks Smith et Michael Chagares, ont été nommé par un autre président républicain, George W. Bush.

"Les électeurs, et non les avocats, choisissent le président. Les bulletins de vote, et non les dossiers, décident d'une élection", ajoutent les trois juges.

Le camp Trump a rapidement réagi en annonçant qu'il porterait l'affaire devant la Cour suprême des Etats-Unis.

"A la SCOTUS !", a écrit sur Twitter, reprenant l'acronyme de la plus haute instance judiciaire du pays, Jenna Ellis, une des avocates de l'équipe de campagne du président sortant, avant d'ajouter: "Les rouages judiciaires militants de Pennsylvanie continuent de couvrir les allégations de fraude massive."

ÉCHÉANCE LE 8 DÉCEMBRE

La victoire de Biden en Pennsylvanie, avec 80.000 voix d'avance, a été certifiée cette semaine.

Elle lui attribue les 20 grands électeurs désignés par cet Etat crucial de la région des Grands lacs au Collège électoral.

En l'état des résultats déclarés, Joe Biden est crédité de 306 grands électeurs contre 232 pour Donald Trump. Même si ce dernier parvenait à renverser le résultat du scrutin en Pennsylvanie, il lui faudrait aussi faire basculer deux autres Etats pour rester à la Maison blanche au-delà du 20 janvier prochain.

Or les différents recours formés par ses équipes dans le Michigan, en Georgie, en Arizona et dans le Nevada, tous attribués à Biden, ont échoué.

Les Etats ont jusqu'au 8 décembre pour régler tous les éventuels litiges post-électoraux.

Les tentatives du camp présidentiel semblent vouées à l'échec, mais la remise en cause permanente de l'intégrité du processus électoral par Donald Trump risque de laisser des traces très profondes dans l'opinion.

Des sondages montrent qu'une majorité des électeurs républicains estiment que leur candidat a bien remporté l'élection et ils sont nombreux à partager ses affirmations relative à une fraude en dépit de l'absence de preuves.

L'appel rejeté vendredi était consécutif à une décision rendue par le juge de district Matthew Brann, qui avait estimé le 21 novembre que le recours déposé par les avocats de Trump était un "monstre de Frankenstein" juridique, assemblant des "arguments sans fondement" et des "accusations spéculatives".

(Makini Brice et Tom Hals; version française Henri-Pierre André)