Législatives : l'infirmière qui avait jeté des projectiles lors d'une mobilisation de soignants investie suppléante par LFI

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Farida Chikh, une soignante condamnée à une amende avec sursis pour avoir notamment adressé des doigts d'honneur à des policiers lors d'une manifestation, sera suppléante à Ivry-sur-Seine. Elle est aux côtés de Mathilde Panot, la présidente du groupe insoumis à l'Assemblée nationale.

Un choix qui peut surprendre. Mathilde Panot, députée La France insoumise de la 10ème circonscription du Val-de-Marne et présidente du groupe à l'Assemblée nationale, aura pour suppléante pour les législatives Farida Chikh. Cette infirmière a été condamnée à une amende avec sursis pour avoir jeté des projectiles sur des policiers lors d'une manifestation de soignants en juin 2020.

Une arrestation qui avait fait réagir

Alors infirmière à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-Marne), la soignante avait été interpellée le 16 juin 2020 en pleine manifestation de soignants qui dénonçaient leurs conditions de travail pendant la pandémie de Covid-19. Elle avait jeté des projectiles et fait des doigts d'honneur en direction de la police, sur fond de fortes tensions entre le cortège et les forces de l'ordre.

La fonctionnaire hospitalière avait été ensuite brutalement interpellée en étant notamment tirée par les cheveux. Asthmatique, elle avait ensuite réclamé d'avoir accès à sa Ventoline auprès des forces de l'ordre, une demande d'abord refusée par les policiers qui l'avaient arrêtée, avant de finalement accéder à sa requête.

"Ce n'était pas contre la police"

"J’étais exténuée, j’avais perdu la moitié de mes patients, ce n’est pas contre la police que j’ai jeté le bitume, c’était symbolique (...) Mais quand vous êtes en colère, vous ne réfléchissez pas à ce que vous faites", avait ensuite argué la quinquagénaire à la barre en février 2021.

Condamnée en septembre 2021 pour "violences n'ayant pas entraîné d'incapacité temporaire de travail", elle avait dû verser 300 euros de dommages et intérêts à deux policiers, sans entraîner d'inscription à son casier judiciaire, qui est donc toujours vierge.

"Elle incarne la dignité des soignants et des patients"

Du côté de la France insoumise, on défend ce choix.

"Farida Chikh se bat depuis 20 ans pour l'hôpital public. Elle incarne la dignité des soignants et des patients malmenés pendant la crise sanitaire mais aussi le combat quotidien de ces millions de femmes pour l'émancipation qui doivent mener de front vie professionnelle et vie familiale", explique Mathilde Panot.

"C'est une militante de terrain infatigable et respectée, et ses combats sont plus que jamais d'actualité alors que de nombreux services d'urgence sont en train de fermer", ajoute encore la députée du Val-de-Marne.

La jeune femme coche également les cases de ces parcours que veut mettre en avant La France insoumise en s'appuyant sur des figures de mobilisations sociales de ces dernières années.

Rachel Kéké, l'une des femmes de chambre qui s'est opposée au groupe hôtelier Accor, ou Stéphane Ravacley, qui a fait une grève de la faim pour son apprenti, alors sans titre de séjour, ont tous les deux été investis par la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes).

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Législatives : Mélenchon et la Nupes dénoncent des obstacles dans l'inscription de ses candidats

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles