La Légion d'honneur pour les militaires tués par Merah

Les trois militaires tués en mars par Mohamed Merah ont été nommés chevaliers dans l'ordre de la Légion d'honneur par un décret paru mardi 1er janvier au Journal officiel.

Ces trois parachutistes - le caporal-chef Abel Chennouf, le caporal Mohamed Legouad et l'adjudant Imad Ibn Ziaten - avaient été les trois premières victimes de Mohamed Merah. Celui-ci avait ensuite abattu trois enfants et un enseignant juif le 19 mars dans un école juive à Toulouse, avant de tomber sous les balles du Raid le 22 mars.

Imad Ibn Ziaten, 30 ans, du 1er régiment du train parachutiste (RTP), avait été tué le 11 mars à Toulouse d'une balle dans la tête tirée à bout portant.

Abel Chennouf, 25 ans, et Mohamed Legouad, 23 ans, du 17e régiment du génie parachutiste (RTP), avaient été tués quatre jours plus tard à deux pas de leur caserne de Montauban par le tueur à scooter qui avait vidé son arme automatique sur eux.

Décret du Premier ministre

Ces trois nominations à "titre exceptionnel" ont été rendues possibles par un décret du Premier ministre Jean-Marc Ayrault du 19 décembre, publié deux jours plus tard au Journal officiel, modifiant le Code de la Légion d'honneur.

Ce décret porte à un an (au lieu d'un mois) le délai pendant lequel le Premier ministre peut attribuer la Légion d'honneur "aux personnes tuées ou blessées dans l'accomplissement de leur devoir".

Ce décret répondait à la demande des familles des militaires assassinés par Mohamed Merah.

Fin novembre, le gouvernement a annoncé qu'une nouvelle mention - "Mort pour le service de la Nation" - serait attribuée à ces trois parachutistes.



Retrouvez cet article sur Le Nouvel Observateur

La Légion d'honneur pour les militaires tués par Merah
Une nouvelle mention militaire pour les victimes de Merah
Une enquête pour apologie du terrorisme vise Souad Merah
Merah : son frère accuse sa famille, sa sœur glorifie ses actes
Le frère aîné de Mohamed Merah raconte son endoctrinement
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.