L'école de la vie (France 2) - Guillaume Labbé : "J'étais un élève insolent..."

·1 min de lecture

Parlez-nous de Vincent Picard, votre personnage…

Guillaume Labbé : C’est un prof d’histoire-géo très à l’écoute, qui a du mal à garder la bonne distance vis-à-vis de ses élèves. Il s’implique au-delà de son métier, s’intéressant aux difficultés que ces ados rencontrent dans leur vie personnelle.

Comment expliquez-vous qu’il mette autant d’ardeur dans son travail, malgré le drame qui vient de le frapper : la mort, en couches, de son épouse, Justine (Émilie Dequenne) ?

Cela tient de la fuite en avant. Vincent est dans le déni de la réalité. Il a cette volonté d’être dans l’action, justement pour ne pas sombrer. L’intérêt de ce personnage réside dans la façon qu’il a de dépasser la douleur, de se guérir d’un deuil épouvantable en allant vers les autres.

Selon vous, est-ce en raison de ce déni qu’il se tient, pendant un certain temps, éloigné de sa fille ?

Je l’ai imaginé ainsi. Tant qu’il n’est pas allé la chercher à la maternité, c’est comme si elle n’existait pas et que le drame n’était pas arrivé. Puis, quand il se décide, enfin, à la prendre dans ses bras, il a du mal à se connecter à elle. La petite fille le renvoie trop au souvenir de sa femme.

À lire également

L’école de la vie... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi