Kim Kardashian milite contre l'exécution d'un homme, condamné à mort en 2002

Jérôme Lachasse
·2 min de lecture
Kim Kardashian à la Fashion Week à Paris, le 30 septembre. - Thomas Samson - AFP
Kim Kardashian à la Fashion Week à Paris, le 30 septembre. - Thomas Samson - AFP

Kim Kardashian poursuit son engagement en faveur de la réforme de la justice pénale et milite actuellement contre l’exécution de Julius Jones, un homme noir condamné en 2002 à la peine capitale pour avoir tué en 1999 Paul Howell, un homme blanc.

Les démarches de la star et femme d'affaires, qui a rencontré l'avocat du condamné et sa famille, ont été vivement critiquées par le procureur de l’Oklahoma, Mike Hunter, qui l'invite à lire le dossier du condamné pour se faire une meilleure idée de l'affaire:

"Le soutien de célébrités et certains documentaires partiaux ne peuvent pas effacer les faits de cette affaire, qui prouve de manière implacable que Julius Jones a tué de sang-froid Paul Howell", a-t-il déclaré au tabloïd TMZ.

Le procureur invite également "ceux qui défendent Jones, dont madame Kardashian, à étudier le dossier et à lire le résumé des transcriptions sur notre site": "Jones a été jugé et a épuisé tous les appels qu'il avait à sa disposition. Il a commis un terrible crime et doit maintenant purger la peine que le jury de ses pairs a estimé appropriée."

"Un dossier à charge sans preuve tangible"

Condamné en 2002 à la peine capitale, Julius Jones a fait l'objet d'un documentaire produit en 2018 par l'actrice Viola Davis. Ce film dénonce, comme le rappelle 20 Minutes, "un dossier à charge sans preuve tangible, une défense inexistante pour le prévenu et un racisme latent". Il reste désormais un ultime recours à Julius Jones: obtenir la grâce du gouverneur de l'Oklahoma Kevin Stitt. Kim Kardashian milite en ce sens.

Kim Kardashian s'engage depuis plusieurs années auprès des détenus. En 2018, elle a déjà œuvré à la libération d'Alice Marie Johnson. Impliquée dans un trafic de cocaïne, condamnée en 1996 à la perpétuité réelle, elle était présentée comme une détenue modèle.

Elle a aussi annoncé récemment son projet de devenir avocate et de démarrer un apprentissage de quatre ans au sein d'une entreprise basée à San Francisco. Son objectif serait de passer le barreau en 2022. Elle dit vouloir désormais "être capable de se battre pour des gens qui ont payé leur dette envers la société".

Article original publié sur BFMTV.com