Publicité

Kesha change le début de son tube « Tik Tok », après les accusations de Cassie contre P. Diddy

À la lumière des récentes révélations de Cassie contre le rappeur P. Diddy, Kesha a modifié les paroles de son single à succès « Tik Tok » sorti en 2009.

Emma McIntyre / WireImage

Un changement de texte qui n’est pas passé inaperçu. « Wake up in the mornin’ feelin’ like P Diddy ». C’est sur cette phrase -qui fait directement référence au rappeur Sean Combs- que s’ouvre le morceau Tik Tok de Kesha. Enfin, c’est comme cela qu’il débute sur la version enregistrée et vue 668 millions de fois sur Youtube depuis sa sortie en 2009.

Mais ce n’est pas ainsi que la chanteuse de 36 ans a entamé son tube électropop lors d’une représentation ce samedi 18 novembre au Hollywood Palladium de Los Angeles lors de sa tournée Only Love. « Wake up in the morning feelin’ just like me » (Je me réveille le matin en ayant l’impression d’être moi), a préféré chanter Kesha sur scène comme on peut l’entendre sur la vidéo ci-dessous publiée par un internaute sur X (ex-Twitter).

Cette nouvelle version a été jouée deux jours après la plainte déposée par la chanteuse Cassie contre son ex-compagnon, Sean Combs alias P.Diddy, pour viols et violences physiques. Les deux parties ont finalement réglé l’affaire à l’amiable dès le lendemain sans fournir plus de détails mais reconnaissant de fait le statut de victime à la chanteuse des titres Me and U ou encore Long way 2 go.

Kesha aussi a été victime de viol

En modifiant les paroles de sa chanson lors de son concert, Kesha, a apporté son soutien à Cassie qui avait dénoncé une décennie d’abus de la part de P. Diddy. Il faut dire que ce sujet résonne particulièrement en elle.

En 2014, la chanteuse avait elle-même porté plainte pour viol contre Lukasz Gottwald, son producteur. Elle s’était par la suite engagée à utiliser sa voix pour soutenir les victimes et promouvoir le changement dans l’industrie de la musique et dans la société en général.

« Je pense aux jeunes filles aujourd’hui, je ne veux pas que ma future fille - ou votre fille - ou qui que ce soit ait peur d’être puni s’il révèle le nom de son agresseur, surtout lorsque ce dernier occupe une position de pouvoir » avait-elle écrit dans un post publié en 2016 sur Facebook.

À voir également sur Le HuffPost :

Helena Noguera nue dans « Voici » : la comédienne fait part de son amertume dans une tribune à « Libération »

Julien Doré offre deux places de concert à une mère et sa fille et leur fait la surprise sur les réseaux sociaux

VIDÉO - Ovidie : "Il y a pas mal d'hommes de ma génération qui ont du viol ordinaire sur la conscience"