Publicité

Keiona dans « Danse avec les stars » sur TF1, signe que l’émission brise encore les codes des concours de danse

Keiona, ici au mois de mai 2022, à New York.
Santiago Felipe / Getty Images Keiona, ici au mois de mai 2022, à New York.

DIVERTISSEMENT - Faites de la place : la « Queen du voguing en France » arrive sur le parquet. Ce vendredi 23 février, Keiona, grande gagnante de la deuxième saison de Drag Race France, revient nous démontrer ses talents de danseuse, mais cette fois-ci sur TF1, à l’occasion de son premier numéro dans Danse avec les stars.

« DALS » 2024 : Diane Leyre, Black M, Keiona... TF1 dévoile le casting complet de la nouvelle saison

La drag-queen - la première dans l’histoire de la version française de l’émission de divertissement - a été annoncée au casting de cette treizième saison aux côtés, entre autres, de l’humoriste Inès Reg, la « reine du shopping » Cristina Córdula, la prof de chant de la Star Academy Adeline Tonuitti et James Denton, plus connu comme Mike Delfino, le plombier sexy de Wisteria Lane dans Desperate Housewives.

« Physiquement, je suis déjà prête. Envoyez la sauce », lance la star de la scène ballroom dans sa présentation. Avant d’ajouter : « Pour toute une jeune génération qui me regarde et qui pourrait s’identifier à moi, c’est trop bien de faire l’émission pour eux et pour elles, quoi. »

Keiona en duo avec Maxime Dereymez

En participant au show de TF1, Keiona ne contribue pas seulement à une meilleure visibilité des personnes LGBT + dans le paysage médiatique français, elle permet aussi au drag, un art connu pour déconstruire les codes du genre, d’inscrire un peu plus le phénomène dans la culture populaire auprès d’une large audience. Le premier prime de la saison a réuni 3,77 millions de personnes en moyenne, vendredi 16 février.

À partir de ce vendredi, Keiona se met, elle, au défi du cha-cha-cha et de la rumba, mais aussi du jive et de la samba, en compagnie de Maxime Dereymez, son partenaire de danse. C’est la troisième fois qu’un binôme de même genre concourt, les deux premiers ayant été composés de Bilal Hassani et Jordan Mouillerac (saison 11) et de Clémence Castel et Candice Pascal (saison 12).

C’est peut-être un détail, mais ça veut dire beaucoup tant ces concours de danse sont codifiés dans la vraie vie. « En compétition, c’est toujours un garçon qui mène et la fille qui est menée », comme l’a précédemment expliqué au micro de France Inter un professeur de danse du nom de Julien Poli, fondateur de l’association queer Laissez-nous danser. Il précise que ces rôles sont inscrits dans le règlement de la Fédération française de danse.

Danse avec les stars, à l’étranger

En France, Danse avec les stars souffle un vent d’air frais. À l’étranger, aussi. Même s’il a fallu attendre 30 saisons, la chanteuse Jojo Siwa est allée jusqu’en finale de la version américaine avec sa partenaire Jenna Johnson. Elle a été suivie, en 2022, par la star de RuPaul’s Drag Race Shanglea avec Gleb Savchenko.

De retour en 2010, la version israélienne a marqué les esprits en mettant en scène la présentatrice sportive ouvertement lesbienne Gili Shem Tov avec Dorit Milman. En 2018, le créateur de mode Giovanni Ciacci a concouru avec Raimondo Todaro - son partenaire dans la vraie vie - dans Ballando con le Stelle, l’édition italienne. Ce qui n’a pas été sans susciter une vague d’homophobie, y compris chez les jurés. L’un d’entre eux a, lors du deuxième prime, refusé de donner une note après l’une des prestations du couple.

Et alors que Jakob Fauerby et son partenaire de danse Silas Holst sont entrés dans l’histoire en remportant la version danoise du show en 2019, la drag-queen Courtney Act s’est, elle, illustrée en Australie au bras de Joshua Keefe. Espérons désormais que Keiona saura, comme elle l’a déjà fait sur France 2, « éteindre la concurrence ».

À voir également sur Le HuffPost :

« Drag Race France » saison 2 montre que l’émission de drag-queens est devenue un véritable phénomène

Daphné Burki fait son coming out bisexuel dans « Drag Race France » : « Et alors quoi ! »