Publicité

Karine Le Marchand prend la défense de sa fille, arrêtée pour consommation de cannabis

Karine Le Marchand, ici au mois de juin 2022, à Monaco.
VALERY HACHE / AFP via Getty Images Karine Le Marchand, ici au mois de juin 2022, à Monaco.

PEOPLE - Quelques jours après l’interpellation de sa fille dans le 16e arrondissement de Paris pour conduite sous l’emprise de stupéfiant, Karine Le Marchand s’exprime. Ce jeudi 7 mars, la présentatrice star de L’amour est dans le pré a publié un long message sur son compte Instagram pour prendre la défense de sa « princesse ».

« Ma fille a 21 ans. Et malheureusement pour les charognards, elle ne boit pas, ne prend pas de cocaïne ni d’héroïne. Ce n’est pas la ’fille de star’ que vous aimeriez voir échouer. Elle est comme beaucoup de jeunes », explique Karine Le Marchand, en légende d’un cliché aux côtés de sa fille.

Cette dernière raconte que la jeune femme a démarré un protocole d’arrêt du cannabis, il y a de ça plusieurs semaines, et prend ainsi des « bonbons substitutifs ». D’après Karine Le Marchand, le cannabis apparaît toujours dans les tests « même 70 jours après son absorption ». Ce chiffre concerne les dépistages de THC par urine. En cas d’inhalation de cannabis, il reste détectable jusqu’à 8 jours avec un test salivaire, et plus d’un mois avec une prise de sang.

« Ma fille a été arrêtée lors d’un contrôle de routine, et contrairement au fantasme des rageux habituels, elle n’a jamais eu d’interdiction de conduire, continue l’animatrice. Il était 10 heures du matin et elle allait faire des courses à ma demande. Son test salivaire s’est révélé positif et elle a été mise en garde à vue au commissariat de la rue de la Faisanderie. »

Karine Le Marchand dénonce Mimi Marchand

Ce n’est pas la première fois que Karine Le Marchand évoque ce commissariat du 16e arrondissement de Paris. En 2020, cette dernière a saisi l’IGPN car elle soupçonnait plusieurs de ses policiers de fournir à des paparazzis des informations sur des plaintes de célébrités.

C’est ce qui a entraîné, en 2021, la mise en examen de Mimi Marchand, patronne de l’agence Bestimage, pour « recel de violation du secret professionnel » et « extorsion de fonds ». Célèbre figure de la presse people, Mimi Marchand a aussi été mise en examen la même année dans un volet de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy, puis placée en détention provisoire.

« Il est donc bien évident que la GAV (de 26 heures !) de ma fille dans ce commissariat n’est pas restée inaperçue », continue Karine Le Marchand, ce jeudi. Ce mercredi, plusieurs médias ont révélé que la fille de Karine Le Marchand avait été placée en garde à vue après qu’un test de dépistage salivaire a démontré qu’elle conduisait sous l’emprise de la drogue. La jeune fille serait déjà connue des services de police pour des faits similaires, assure Le Figaro.

L’animatrice télé, qui affirme avoir demandé une enquête au préfet de police, conclut son message : « Évidemment ma princesse, je te défendrai jusqu’à ma mort. Je t’aime à la folie. Je suis fière de ce que tu es, de ta gentillesse pure, de ta sensibilité et de ton intelligence. Avoir 21 ans n’est pas facile. Être ma fille non plus. Je suis désolée que ma notoriété ne t’épargne rien. »

À voir également sur Le HuffPost :

Karine Le Marchand jamais invitée sur France Inter ? « Je m’en fous complètement », dit-elle

Affaire Stéphane Plaza : Karine Le Marchand s’exprime pour la première fois