Kanye West et la tyrannie des likes

Libération.fr
Kanye West, lors de sa rencontre avec Donald Trump à la Maison Blanche, à Washington D.C.

On ne les voit plus tant ils sont omniprésents. Les compteurs de followers, de likes, de retweets, de nombres de vues nous mettent sous une pression permanente et uniformisent les contenus.

Il arrive – en de rares occasions – que Kanye West publie des propos censés sur Twitter. Quelques semaines avant de se ridiculiser dans le bureau de Donald Trump, affublé d’une casquette «Make America Great Again», le rappeur s’était lancé dans une croisade contre les métriques sur les réseaux sociaux. «On devrait tous pouvoir utiliser les réseaux sans avoir à montrer combien de followers et likes on a. De la même manière qu’on peut masquer les commentaires, on devrait pouvoir masquer le nombre de followers. Cela a un impact très négatif sur l’estime de soi», exprimait-il dans un message retweeté 46 000 fois et liké 211 000 fois.

we should be able to participate in social media without having to show how many followers or likes we have. Just like how we can turn off the comments we should be able to turn off the display of followers. This has an intense negative impact on our self worth.

— ye (@kanyewest) 20 septembre 2018

Prenant les choses en main, Kanye West a envoyé un message au patron de Twitter, Jack Dorsey. Qui lui a répondu, en faisant un surprenant acte de contrition. Le rappeur a posté la capture de ses propos sur Instagram : «Nous avons réfléchi profondément au sujet des compteurs de followers et de likes, et ce que cela encourage. Nous voulons changer. Ce qui faisait sens il y a douze ans ne marche plus aujourd’hui. Le fait que nous mettions en avant ces chiffres encourage les gens à les faire augmenter, et qu’ils se sentent mal si ce n’est pas le cas.»


A force, on ne les voit plus. Pourtant, ils sont là, partout, envahissants. Les métriques sont la substance des réseaux : nombre de likes, nombre de retweets ou de partages, nombre de messages non lus, nombre de notifications, nombre d’amis ou de followers, nombre de requêtes d'amis, nombre de minutes depuis (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

A gauche, on ne sympathise plus
Pourquoi je quitte le Parti socialiste
La France qui se couche tôt
Marcel Roncayolo, éclaireur de la ville
Un effort de lucidité