Publicité

Jusqu'à 30 ans de prison pour une influenceuse en parentalité condamnée pour abus sur ses enfants

Une mère de famille américaine de 42 ans a été condamnée à une peine allant jusqu'à 30 ans de prison pour la maltraitance de ses enfants. Elle était connue pour prôner une éducation "sévère" sur les réseaux sociaux.

Elle donnait des conseils d'éducation à plus de deux millions d'abonnés sur Youtube. Ce mardi 20 février, l'influenceuse américaine Ruby Franke a été condamnée à une peine allant jusqu'à 30 ans de prison pour la maltraitance de ses enfants, relatent nos confrères de Sky News.

La mère de six enfants et sa collaboratrice, Jodi Hildebrandt, ont plaidé coupable à quatre des six chefs d'accusations de maltraitance aggravée contre elles.

Pieds et poings liés

Début septembre, la youtubeuse à la tête de la chaîne 8 Passengers et ses 2,3 millions d'abonnés - qui a été supprimée - a été arrêtée dans l'Utah pour suspicion de maltraitance aggravée à l'égard d'un enfant.

L'un des fils de 12 ans de Ruby Franke est sorti de la maison par la fenêtre et s'est rendu chez un voisin, du ruban adhésif autour des poignets et des chevilles, pour lui demander de la nourriture et de l'eau. Ce voisin a alors averti les forces de l'ordre.

Au cours de l'enquête, les autorités ont également découvert que d'autres enfants avaient subi des sévices par une mère qui prônait une éducation "sévère". Une pétition avait même été lancée en juin 2020 après la parution d'une vidéo dans laquelle un des enfants racontait qu'il avait dormi sur un sac de haricots pendant sept mois en guise de punition pour son mauvais comportement.

Face au juge, Ruby Franke a admis avoir donné des coups de pied à son fils et lui avoir plongé la tête sous l'eau tout en obstruant sa bouche et son nez avec ses mains.

Du piment de Cayenne sur les plaies

Les deux femmes ont également avoué avoir imposé au garçon du travail physique en plein soleil, sans nourriture, ni eau. Jodi Hildebrandt a de son côté reconnu avoir forcé une fille de neuf ans de sauter dans un cactus ou de courir pieds nus sur des chemins de terre.

Selon un rapport de l'enquête, le garçon de 12 ans, malnutri, a confié que la collaboratrice de sa mère répandait aussi du piment de Cayenne sur ses plaies provoquées par le ruban adhésif.

"Je pleurerai à tout jamais le fait d'avoir blessé vos âmes fragiles (...) J'ai pris tout ce qui était doux, sûr et bon chez vous", a-t-elle lancé au cours du procès en direction de ses enfants.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Alexandra Sojfer, victime de maltraitances : “Mon ex-mari a versé en plein jour un jerrican d'essence sur ma boutique”