Publicité

Junya Ito, joueur de Reims en Ligue 1, soupçonné d’agression sexuelle au Japon

Junya Ito, ici lors du match de L1 entre Reims et Lorient, le 28 octobre 2023.
FRANCOIS NASCIMBENI / AFP Junya Ito, ici lors du match de L1 entre Reims et Lorient, le 28 octobre 2023.

FOOTBALL - Un joueur de Ligue 1 dans la tourmente judiciaire. La police japonaise a annoncé ce jeudi 1er février qu’elle avait ouvert une enquête contre le milieu de terrain international de Reims Junya Ito après que des médias nippons ont rapporté que deux femmes l’accusaient d’agression sexuelle.

« Nous avons reçu une plainte pénale contre lui (Ito) et nous avons débuté l’enquête », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police d’Osaka, refusant de donner plus de détails.

Le joueur de 30 ans, qui totalise 54 sélections pour 13 buts, a quitté le groupe des « Samouraï bleus », qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe d’Asie des nations qui se déroule au Qatar, a indiqué la Fédération japonaise de football, « pour son bien-être mental et physique ».

Les faits qui lui sont reprochés, impliquant deux femmes, se seraient déroulés dans un hôtel d’Osaka en juin 2023 après un match entre le Japon et le Pérou, selon des médias nippons.

Le milieu de terrain, arrivé en 2022 à Reims et titulaire indiscutable, a démenti les faits, selon l’agence de presse japonaise Kyodo, citant son avocat qui évoque des accusations « totalement infondées ».

Le Stade de Reims réagit

« À ce stade et à date, le club se montre solidaire de son joueur », a réagi Reims. « Dans l’attente d’une instruction judiciaire permettant d’étayer les propos du média, le Stade de Reims ne dispose d’aucune information permettant d’appuyer, dans un sens ou dans l’autre, l’enquête menée par les autorités d’Osaka, les faits rapportés ayant eu lieu sur une période de trêve internationale », a précisé le club champenois dans un communiqué.

Interrogé par la presse à Doha, le sélectionneur japonais Hajime Moriyasu a botté en touche : « Je ne suis pas encore complètement au courant (des accusations). Je m’en occuperai après les avoir examinées. »

Rappelons que Junya Ito tient une place particulière dans le cœur de Brigitte Macron. Lors d’un déplacement au CHU de Reims le 19 janvier, dans le cadre de l’opération Pièces jaunes, elle avait en effet demandé à Didier Deschamps qui l’accompagnait de sélectionner le joueur en équipe de France.

« Il y a un Japonais qui joue très bien à Reims, comment s’appelle-t-il déjà ? », avait-elle questionné dans un premier temps, avant qu’un journaliste présent sur place ne lui souffle le nom de Junya Ito, puis que la Première dame ne demande donc : « il faut le sélectionner dans l’équipe Didier, pourquoi vous ne le prenez pas ? ». Une question à laquelle Didier Deschamps avait aussitôt répondu dans un éclat de rire : « bah parce qu’il est Japonais »...

À voir également sur Le HuffPost :

Neymar répond aux moqueries sur son poids avec des insultes et un doigt d’honneur pour ses détracteurs

Mike Maignan, cible d’insultes racistes, ne sera pas citoyen d’honneur d’Udinese