Publicité

« Juger un cas de violences à minuit, ce n’est raisonnable pour personne »

Palais de justice de Tulle, photo d'illustration.  - Credit:ANDBZ / ANDBZ/ABACA
Palais de justice de Tulle, photo d'illustration. - Credit:ANDBZ / ANDBZ/ABACA

Sept jours dans la vie d'une magistrate… à titre temporaire ! Voilà le titre du livre de Christiane Baude, nom d'emprunt de l'autrice afin de préserver son anonymat, pour mettre en lumière cette fonction méconnue de l'institution judiciaire. Un livre pour montrer que la réalité de la justice est souvent bien éloignée de l'idée que l'on peut s'en faire. Manque de moyens, audiences surchargées, procédures interminables…

« Alors que des millions de Français ont affaire à elle chaque année pour différentes affaires, la réalité de la justice continue de nous échapper », souligne l'autrice. Audiences civiles, comparutions immédiates, chambre « violences », tribunal de police, chambre finance… À travers ce témoignage, on plonge dans le quotidien d'une « MTT », pour mieux appréhender cette fonction particulière, que peuvent embrasser des membres de la société civile, qui contribue au bon fonctionnement de la justice française.

Le Point : Avant toute chose, quelle est la fonction d'un magistrat à titre temporaire ?

Christiane Baude : Le MTT, c'est une personne de la société civile qui va exercer temporairement des fonctions judiciaires. Il s'agit de mandats de cinq ans renouvelables une fois, donc pour l'heure, on peut l'être pendant au maximum dix ans. Le MTT était auparavant connu sous le nom de « juge de proximité », fonction créée en 2002 par Jacques Chirac. Le magistrat à titre temporaire peut siéger en matière civile et pénale, au tribunal de proximité ou judici [...] Lire la suite