Publicité

Jugé trop proche du gouvernement, le député LR Alexandre Vincendet exclu de son groupe

Le député du Rhône manquerait-il de loyauté envers sa famille politique? C'est ce qu'a estimé le groupe Les Républicains au sujet d'Alexandre Vincendet.

Lors d'un bureau du groupe politique à l'Assemblée, l'élu du Rhône a été exclu de son groupe après un vote par 12 voix contre 2, selon des sources concordantes à BFMTV confirmant une information du Figaro, ce mercredi 6 mars.

Dans un message envoyé aux députés, Olivier Marleix justifie cette décision en évoquant "des prises de position répétées et systématiques en faveur du gouvernement à l’encontre de la ligne de notre groupe politique".

Opposition vigilante et exigeante

Le groupe politique de droite aux désormais 61 membres garantit "la liberté d'expression et de vote" et assure être "profondément attaché à la diversité des sensibilités politiques à l’origine de la création de notre formation politique" assure le chef de LR dans l'hémicycle.

Pour autant, il a jugé que les positionnements d'Alexandre Vincendet allaient "à l’encontre de la ligne" du groupe. L'occasion pour Olivier Marleix de rappeler "l'opposition vigilante et exigeante" dans laquelle se doivent d'être les LR face à la majorité.

Horizons-compatible

Proche de Jean-François Copé, le député du Rhône a toujours été considéré comme étant sur une ligne Macron-compatible et était menacé d'exclusion depuis la fin février. Son soutien à Édouard Philippe de moins en moins caché est à l'origine de cette décision.

"On me reproche d'avoir dit la même chose que Gérard Larcher! Oui, Édouard Philippe fait partie de notre famille politique", s'agace-t-il auprès de BFMTV.

Selon les informations de France info, on lui reproche notamment d'être apparu sur un tract Horizons et d'avoir participé à une réunion du mouvement sur la sécurité. De plus, le député n'a pas manqué de faire savoir à son groupe qu'il ne considérait pas Laurent Wauquiez en mesure de faire gagner la droite en 2027.

"S'il [Édouard Philippe] est le mieux placé pour nous représenter il faudra nous réunir derrière lui", déclare à BFMTV l'élu du Rhône.

Alexandre Vincendet nous confirme faire appel de cette décision. "C'est un politburo", s'exclame-t-il, n'hésitant pas à qualifier Olivier Marleix de "procureur".

À Horizons, on pourrait lui ouvrir grand les bras. "Chaque chose en son temps", temporise toutefois le député auprès de BFMTV. Pour le parti de l'ex-premier ministre, ce serait une prise de plus après Pierre Henriet et Bertrand Bouyx, tous deux partis de Renaissance pour le rejoindre.

Article original publié sur BFMTV.com