Publicité

Les hommages se multiplient au lendemain de la mort en Ukraine du journaliste Arman Soldin

Les hommages se multiplient au lendemain de la mort en Ukraine du journaliste Arman Soldin

"Le monde a une dette envers Arman" Soldin, journaliste de l'AFP tué mardi en Ukraine, et envers "les 10 autres reporters et employés de médias qui ont perdu la vie" en couvrant le conflit, a réagi mardi la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

"Nos pensées vont à la famille d'Arman Soldin, qui a perdu la vie aujourd'hui sur la ligne de front de la guerre en Ukraine, et à ses collègues à l'AFP", a-t-elle indiqué dans un communiqué, en ajoutant: "Le journalisme est l'un des fondements d'une société libre".

De son côté, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est dit "dévasté" par la nouvelle de la disparition du journaliste.

"Aujourd'hui, nous sommes dévastés d'apprendre le décès du journaliste vidéaste de l'AFP dans l'est de l'Ukraine", a-t-il dit dans un discours devant le Freedom House, un centre de réflexion à Washington.

"Nous adressons nos pensées à sa famille et ses proches ainsi qu'à toute la famille AFP", a-t-il ajouté en rappelant que "tant de journalistes travaillent pour exposer et rapporter la vérité dans des conditions extrêmement dangereuses".

Le bombardement a eu lieu mardi vers 16H30 locales (13H30 GMT) dans les environs de Tchassiv Iar, localité ukrainienne à proximité de Bakhmout, qui est visée quotidiennement par les forces russes.

Arman Soldin, 32 ans, était en compagnie de quatre collègues qui sont tous indemnes. Ils étaient avec des militaires ukrainiens lorsqu'ils ont été pris sous la salve de roquettes.

La famille d'Arman a été informée.

Les journalistes de l'AFP se rendent régulièrement dans cette zone pour rendre compte des affrontements dans la région, épicentre des combats en Ukraine depuis plusieurs mois.

"L'Agence dans son ensemble est effondrée", a déclaré Fabrice Fries, le PDG de l'AFP.

"Sa mort est un terrible rappel des risques et dangers auxquels sont confrontés les journalistes au quotidien en couvrant le conflit en Ukraine", a-t-il ajouté.

Phil Chetwynd, directeur de l'information de l'AFP, a salué la mémoire d'un journaliste "courageux, créatif et tenace".

"Le travail brillant d'Arman résumait tout ce qui nous rend fier du journalisme de l'AFP en Ukraine", a-t-il ajouté.

Journaliste reporter d'images expérimenté précédemment en poste à Londres, Arman Soldin était le coordinateur vidéo en Ukraine depuis septembre 2022 et se rendait très régulièrement sur le front.

Il faisait partie également de l'équipe AFP qui avait couvert les premiers jours de l'invasion russe.

"Arman était enthousiaste, énergique, courageux. C'était un vrai reporter de terrain, toujours prêt à partir y compris dans les zones les plus difficiles", a dit la directrice Europe de l'AFP, Christine Buhagiar.

"Il était débordant d'énergie, c'est même ainsi qu'il se définissait lui-même sur les réseaux. D'une dévotion totale à son métier de journaliste", a-t-elle salué.

Recruté à Rome en 2015 en tant que stagiaire avant de rejoindre le bureau de Londres la même année, Arman, de nationalité française et bosnien d'origine, était né à Sarajevo.

Il est au moins le 11e reporter, fixer ou chauffeur de journalistes a avoir été tué en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février 2022, selon un décompte des ONG spécialisées RSF et CPJ.