Publicité

Josep Borrell à Kyiv pour réaffirmer le soutien européen

Les attaques russes sur l'Ukraine ont touché au moins trois grandes villes, dont la capitale Kyiv, où le plus haut diplomate de l’Union européenne, Josep Borrell, discutait d’une aide militaire et d’un soutien financier à l’Ukraine. Celui-ci a débuté sa journée dans un abri anti-aérien, une "réalité quotidienne" en Ukraine après presque deux ans de guerre.

Josep Borrell a visité une usine de production de drones en Ukraine où, a-t-il déclaré, 1 500 petits drones sont produits quotidiennement. Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et de la politique de sécurité a promis la livraison de plus d'un million d'obus d'artillerie à Kyiv d'ici la fin de l'année.

Aux prises avec une pénurie de munitions et de personnel, l’Ukraine a désespérément besoin de l’aide occidentale. Le financement États-Unis reste pour l'heure bloqué, alors que les derniers efforts visant à conclure un accord sur l'aide à l'Ukraine au Sénat américain ont échoué mardi.

Bien que la ligne de front d’environ 1 500 kilomètres ait à peine bougé ces derniers mois, les forces du Kremlin ont l’avantage en termes de stocks de missiles et de munitions d’artillerie utilisées pour les frappes à longue portée. La Russie a utilisé à plusieurs reprises des missiles pour toucher des cibles civiles pendant le conflit.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré le mois dernier que les systèmes de défense aérienne et de guerre électronique capables d'arrêter les drones étaient les principales priorités de Kyiv.

La Mission de surveillance des droits de l'homme des Nations Unies en Ukraine a déclaré mercredi que les pertes civiles dans la guerre avaient recommencé à augmenter après avoir diminué l'année dernière. Le mois dernier, il a fait état de 158 morts civiles et de 483 blessés, soit une hausse de 37 % par rapport à novembre dernier. Jusqu'à présent, le conflit a tué plus de 10 000 civils et blessé près de 20 000 autres, selon l'ONU.