José Gonzalez du RN applaudi à l'Assemblée, ces députés NUPES indignés

POLITIQUE - Pour le Rassemblement National, la présence de José Gonzalez au Perchoir de l’Assemblée nationale pour ouvrir la XVIe législature ce mardi 28 juin est un moment d’émotion. Pour d’autres, députés de gauche, l’image est avant tout source d’“angoisse”, voire “de honte” après la référence de l’élu d’extrême droite à l’Algérie française, comme vous pourrez le voir en vidéo en tête d’article.

En vertu du règlement de l’Assemblée nationale, c’est le doyen d’âge, José Gonzalez qui a ouvert la première séance de cette nouvelle mandature. À 79 ans, ce député du Rassemblement national élu dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône a évoqué avec une émotion visible l’Algérie française.

“Quelle déchéance!”

“J’ai laissé là-bas une partie de ma France et beaucoup d’amis”, a-t-il déclaré, dans une allocution, plusieurs fois interrompue par les applaudissements. Au grand dam d’élus écologistes, dont la numéro 2 d’EELV Sandra Regol. “Je suis abasourdie. Quelle déchéance”, écrit la députée de la 1ère circonscription du Bas-Rhin. “On peut respecter l’institution sans applaudir la fin de l’intervention d’un représentant de l’extrême droite, héritière de tous les combats contre la République et ses valeurs”, tacle pour sa part Benjamin Lucas, député Nupes des Yvelines. “Angoisse”, abonde Marie Pochon, députée écologiste de la Drôme.

Sabrina Sabaihi, députée EELV des Hauts-de-Seine s’alarme contre une “telle banalisation”. Elle décrit le député Gonzales comme un “nostalgique des assassins de l’OAS”. “Une insulte à notre histoire et à nos parents”, écrit encore la nouvelle élue qui ajoute, en lettres capitales: “jour de HONTE”.

Thomas Portes, député insoumis a également regretté ces applaudissements nourris. “Horreur et dégoût”, a-t-il posté sur Twitter après la référence à l’Algérie française. “Première rentrée parlementaire et on est vite dans l’ambiance (...) J’ai déjà la nausée”, déplore Aurélie Trouvé, députée insoumise.

”Ça fait quoi de faire sauter les digues avec l’extrême-droite? Ça fait qu’on applaudit un député RN qui fait un discours nostalgique sur l’Algérie française”, ajoute la sénatrice écologiste des Français de l’étranger Mélanie Vogel.

José Gonzalez est né le 28 avril 1943 à Oran, nord-ouest de l’Algérie. Dans un portrait réalisé par l’Agence France Presse, il évoquait déjà son arrivée en France dans le sillage des accords d’Evian ayant mis fin à la guerre d’Algérie. “J’ai été drossé sur les côtes provençales par les vents de l’histoire”, explique-t-il.

“Horreur et dégoût”

Délégué du Front National de Jean-Marie Le Pen, puis du RN de Marine Le Pen dans la circonscription depuis près de quarante ans, il a surtout exercé le mandat de conseiller municipal à Allauch près de Marseille, dans l’opposition à chaque fois, dans les années 1990 d’abord par deux fois, puis depuis 2014.

Son discours a été salué par le président par intérim du RN Jordan Bardella. ”Émouvant et rassembleur”, juge le numéro 2 du parti. “José Gonzalez nous a tous rendus fiers”, ajoute-t-il.

Ce n’est pas la première fois qu’une législature est ouverte par un élu d’extrême droite. En 1986, Edouard Frédéric-Dupont, député de Paris, avait endossé ce rôle, en remplacement de Marcel Dassault, véritable doyen d’âge mais trop affaibli pour siéger. Les deux ont eu droit à un hommage de José Gonzalez ce mardi.

À voir également sur Le HuffPost: Après les législatives, Emmanuel Macron défie les oppositions

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles