Publicité

Jordan Bardella vole au secours de Jean-François Achilli, soupçonné de l’aider pour son livre

Jordan Bardella lors d’un déplacement auprès de pêcheurs à Lorient le 23 janvier (illustration)
LOIC VENANCE / AFP Jordan Bardella lors d’un déplacement auprès de pêcheurs à Lorient le 23 janvier (illustration)

POLITIQUE - Le livre n’est pas encore écrit, il n’a pas encore d’éditeur, mais il fait déjà couler beaucoup d’encre. Ce jeudi 14 mars, le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, a exprimé son indignation après la suspension à titre conservatoire du journaliste de franceinfo Jean-François Achilli.

En cause, les liens supposés entre cette figure du journalisme politique et l’eurodéputé RN, dans le cadre de la rédaction du livre autobiographique de Jordan Bardella, révélés par Le Monde. Des liens que la tête de liste RN aux élections européennes relativise, fustigeant la décision prise par la radio publique.

« J’apprends que Radio France suspend l’un de ses journalistes pour un échange “supposé” autour d’un livre d’entretien avec moi qui n’a pas vu le jour. Ces méthodes pratiquées par le service public sont dignes des pires régimes et font honte à la démocratie », dénonce sur le réseau social X le président du RN.

Auprès du Monde, Jean-François Achilli n’avait pas totalement démenti ce projet d’écriture. « Je n’ai pas signé de contrat d’écriture pour le livre de Jordan Bardella. Mais tout ceci relève de ma vie professionnelle personnelle. » De son côté, l’eurodéputé d’extrême droite affirmait que « seul [son] entourage proche [l]’aide à écrire ce livre, pour la relecture ».

Dans la matinée, franceinfo avait convoqué l’intéressé pour en savoir plus sur cette collaboration. Contactée par Le HuffPost en début d’après-midi, la direction nous a affirmé que Jean-François Achilli avait été suspendu à titre conservatoire de l’antenne, « le temps de clarifier la situation ».

À voir également sur Le HuffPost :

Débat européennes 2024 : le RN pouvait-il faire pire choix avec Thierry Mariani ?

Assemblée : Prisca Thevenot gênée « à titre personnel » par une proposition de loi Horizons associant le RN