Publicité

Joe Biden s’en prend férocement à Vladimir Poutine et le qualifie de « salopard cinglé »

Joe Biden en Californie le 21 février 2024, a qualifié Vladimir Poutine de « SOB ».
MARIO TAMA / Getty Images via AFP Joe Biden en Californie le 21 février 2024, a qualifié Vladimir Poutine de « SOB ».

INTERNATIONAL - Joe Biden ne prend pas de gants. Le président américain a qualifié ce mercredi 21 février son homologue russe Vladimir Poutine de « salopard cinglé » pendant une rencontre à San Francisco, en Californie, avec des donateurs du Parti démocrate, au cours de laquelle il s’en est aussi pris avec virulence à son rival Donald Trump.

Donald Trump réagit à la mort d’Alexeï Navalny en Russie en se comparant à lui

« La menace existentielle, c’est le changement climatique. Il y a bien ce salopard cinglé qu’est Poutine, et d’autres, et il faut toujours s’inquiéter d’une guerre nucléaire, mais la menace existentielle pour l’humanité c’est le changement climatique », a lancé le président démocrate de 81 ans, candidat à un second mandat, lors d’un bref discours auquel assistait un petit groupe de journalistes.

En anglais, Joe Biden a utilisé les trois lettres « SOB », un raccourci pour « son of a bitch », insulte traduisible en français par « salopard », « connard », voire « fils de pute ».

« C’est une immense honte pour (...) les États-Unis. Si le président d’un tel pays utilise un tel lexique, c’est forcément honteux », a rétorqué Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. « Des déclarations aussi malpolies ne sont pas en mesure de blesser le dirigeant d’un autre État, a fortiori le président Poutine », a-t-il ajouté.

Biden promet des sanctions

Joe Biden s’en est pris par ailleurs à l’ancien président Donald Trump, qui sera selon toute probabilité son adversaire en novembre, et à sa réaction à la mort en prison de Alexeï Navalny.

Le républicain a assimilé ses problèmes avec la justice américaine à des persécutions politiques et a comparé son sort à celui de l’opposant russe. « Si j’avais dit une chose pareille devant vous il y a 10 ou 15 ans, vous auriez tous pensé qu’il fallait m’interner de force », a dit Joe Biden.

Le président américain avait déjà, dans le passé, traité son homologue russe de « boucher » et de « criminel de guerre. » Il a promis d’annoncer vendredi des sanctions « majeures » contre la Russie en réponse à la mort d’Alexeï Navalny.

Joe Biden, qui a la réputation d’avoir le juron facile en privé, avait lancé la même insulte de « son of a bitch » à un journaliste de Fox News, la chaîne préférée des conservateurs, en janvier 2022, alors qu’il pensait son micro éteint. L’AFP avait alors traduit l’expression par « espèce de connard ».

À voir aussi sur Le HuffPost :

États-Unis : Joe Biden et Abraham Lincoln ont un lien, et il est très surprenant

Trump lance sa ligne de baskets dorées, et le camp Biden a trouvé la réponse parfaite