Publicité

Joe Biden réfute tout problème de mémoire… avant une nouvelle confusion face à la presse

INTERNATIONAL - « Ma mémoire est bonne », a-t-il répété lors d’une conférence de presse. Joe Biden s’est fermement défendu jeudi 8 février après qu’un rapport l’a décrit comme un « homme âgé avec une mauvaise mémoire ». Après avoir balayé d’un revers de main cette conclusion fausse selon lui, le président américain a de nouveau commis une gaffe malencontreuse, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus.

Joe Biden confond François Mitterrand et Emmanuel Macron et s’attire les moqueries du camp Trump

Jeudi après-midi, Robert Hur, un procureur spécial chargé d’enquêter sur sa gestion dans l’affaire des documents confidentiels, a publié un rapport de 388 pages ne recommandant pas de poursuites contre Joe Biden mais exposant sa principale vulnérabilité, son âge, et constatant que « sa mémoire avait empiré ».

Joe Biden « ne se souvenait plus quand il était vice-président » ni exactement de l’année du décès de son fils aîné Beau, a donné pour exemple le procureur.

Sissi, le « président du Mexique »

Irrité par ce constat difficile à entendre, le locataire de la Maison Blanche est apparu ému en répondant à la presse lors d’une allocution télévisée. « Je suis bien intentionné, je suis un homme âgé et je sais ce que je fais, bon sang. Je n’ai pas de problèmes de mémoire », s’est-il défendu. Il s’est aussi énervé contre le rapporteur spécial, en tonnant : « Comment diable ose-t-il ? »

Mais après cette justification, sa mémoire a de nouveau flanché quelques minutes plus tard. Joe Biden s’est emmêlé les pinceaux avec les noms des présidents égyptien et mexicain.

Le président des États-Unis a en effet affirmé à propos du conflit entre Israël et le Hamas à Gaza : « le président du Mexique, Sissi, n’a pas voulu ouvrir sa porte à la frontière sud de la bande de Gaza pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire ». Il voulait bien évidemment parler du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Ses erreurs dans les noms des présidents sont récurrentes ces derniers jours. Mercredi, lors d’une collecte de fonds de campagne à New York, Joe Biden a fait référence à l’ancien chancelier allemand Helmut Kohl, mort en 2017, alors qu’il voulait parler d’Angela Merkel, rappelle The Guardian. Dimanche dernier, dans le Nevada, il avait confondu François Mitterrand, ancien président français décédé en 1996, avec Emmanuel Macron.

Les commentaires sur l’état de santé de Biden se multiplient avant la présidentielle américaine en novembre 2024. Face à lui, Trump bien décidé à retourner à la Maison blanche, profite des gaffes à répétition de son adversaire pour gagner des précieux suffrages. Donald Trump a d’ailleurs décroché facilement la victoire lors des caucus organisés dans le Nevada jeudi et obtenu ainsi de nouveaux délégués dans sa course à l’investiture républicaine pour la présidentielle américaine, cimentant son statut d’ultra-favori.

À voir également sur Le HuffPost :

Vladimir Poutine face à Tucker Carlson : pourquoi cette interview fait grand bruit avant même sa diffusion

Au Brésil, l’ex-président Jair Bolsonaro ciblé par la vaste opération policière « Tempus Veritatis »