Publicité

Joe Biden et son fils Hunter étaient visés par des fake news propagées par… un ancien indic du FBI

Joe Biden et son fils Hunter, en août 2022. Ils étaient visés par des fake news propagées par un ancien indic du FBI. Photo d’illustration.
NICHOLAS KAMM / AFP Joe Biden et son fils Hunter, en août 2022. Ils étaient visés par des fake news propagées par un ancien indic du FBI. Photo d’illustration.

ETATS-UNIS- C’est un retournement de situation auquel on ne s’attendait pas. L’auteur de plusieurs fake news envers le président américain a enfin été retrouvé. L’ex-informateur du FBI, poursuivi pour avoir menti et fabriqué de fausses accusations de corruption contre Joe Biden et son fils, a avoué aux enquêteurs avoir reçu des informations de personnes liées aux renseignements russes, ont rapporté des procureurs américains mardi 20 février.

États-Unis : Joe Biden et Abraham Lincoln ont un lien, et il est très surprenant

Alexander Smirnov, 43 ans, ancien indic américano-israélien de la police fédérale, a été arrêté il y a quelques jours à Las Vegas. Il est soupçonné d’avoir menti en accusant le président américain et son fils, Hunter Biden, d’avoir perçu chacun cinq millions de dollars en pots-de-vin pour permettre à une société gazière ukrainienne, Burisma, d’échapper à des poursuites.

Mais ce n’est pas tout. L’auteur des faits est aussi accusé d’avoir propagé d’autres fake news. Selon le procureur David Weiss et d’autres magistrats, « la mésinformation qu’Alexander Smirnov diffuse ne se limite pas à 2020. Il colporte activement de nouveaux mensonges qui pourraient avoir un impact sur les élections américaines (de 2024), après une rencontre avec des responsables des renseignements russes en novembre ».

Joe Biden, accusé par la droite

Mais l’ex informateur du FBI ne travaille pas seul. « Lors de son interrogatoire en détention le 14 février, Smirnov a admis que des responsables associés aux renseignements russes ont été impliqués dans la diffusion d’une histoire » au sujet de Hunter Biden, ajoutent les procureurs dans un document judiciaire déposé auprès d’un tribunal du Nevada.

Si les magistrats ont tenu à rappeler que le récit créé par l’ex-indic du FBI est une histoire inventée de toutes pièces, où les conséquences de ces fausses accusations « continuent de se faire sentir aujourd’hui », la droite n’est toujours pas convaincue de l’innocence de Joe Biden.

En effet, ils l’accusent, jusqu’ici sans preuve concluante, d’avoir usé de son influence lorsqu’il était vice-président de Barack Obama (2009-2017) pour permettre à son fils Hunter de mener des affaires douteuses en Ukraine et en Chine. Il faut dire qu’Hunter Biden, homme d’affaires reconverti dans la peinture, est une cible privilégiée des républicains aux États-Unis.

Mais l’enquête judiciaire en cours sur le fils du président n’a jusqu’ici pas permis d’étayer ces accusations.

L’inculpation de M. Smirnov pour transmission de fausses informations au FBI à propos de Joe et Hunter Biden fragilise donc l’enquête en destitution menée par les républicains au Congrès contre le président américain, quelques mois avant un probable nouveau face-à-face entre le démocrate et Donald Trump pour la Maison Blanche.

À voir également sur le HuffPost :

Présidentielle aux États-Unis : Joe Biden dont l’âge et la santé inquiètent peut-il être remplacé ?

Présidentielle américaine : Joe Biden remporte très facilement la primaire de Caroline du Sud