Publicité

JO de Paris 2024 (tennis): Cazaux, Dodin... la course à la qualification s'annonce intense

Le verdict se rapproche… Ce sont les classements WTA et ATP du 10 juin qui serviront du juge de paix pour l’attribution des quatre places de simple pour l’épreuve olympique de tennis. On a bien senti, à Melbourne, que les joueurs étaient excités par l’échéance et très au courant de la Race pour Paris. A l’exception, peut-être, de Gaël Monfils...

En effet, en déclarant après son élimination au deuxième tour du Chelem australien: "Il y a déjà trois qualifiés et il reste une place vacante", il faisait fausse route. En effet, la situation comptable est la suivante. Avec 1685 points obtenus depuis juin 2023, Adrian Mannarino se balade. Il a son billet. Derrière lui, Ugo Humbert pointe avec 1250 points. En troisième position, on trouve… Gaël Monfils (715), talonné à 18 points par Arthur Fils. Si la Race s’arrêtait là, on tiendrait donc les quatre sélectionnés.

"Les JO, c'est mon objectif principal. J'aimerais me qualifier mais je trouve très dur cet objectif. Il faut beaucoup jouer", glissait Gaël Monfils. Qui s’inquiétait pour son corps de 37 ans. Cette course de fond peut être usante, voire cassante.

Le 'hot january' de Cazaux

Evidemment, le 'hot january' d’Arthur Cazaux bouleverse la donne. Grâce à son titre au Challenger de Nouméa et à son huitième de finale à Melbourne, le Montpelliérain a collecté 300 points. Avec 618 points, il est totalement relancé. "Les chiffres, c’est bien mais j’aime bien faire les comptes à la fin, disait Cazaux. C’est sûr que les Jeux, depuis je suis petit, je ne pense qu’à ça. Encore plus maintenant que c’est en France.é

Wild-card la semaine prochaine à l’Open Sud de France, chez lui, il aura l’occasion de scorer. Ce qui ne sera pas le cas de Luca Van Assche (88e). Sa sélection en équipe de France de Coupe Davis va l’empêcher de pouvoir marquer des points à Montpellier.

Parry: "Les Jeux, c’est à côté de chez moi"

Chez les filles, derrière Caroline Garcia, 15e à la Race, une hiérarchie se dessine. Clara Burel est solidement installée à la deuxième place, avec 966 points olympiques. Grâce à son troisième tour à Melbourne, Diane Parry, 53e, est virtuellement qualifiée.

La Boulonnaise ne cache pas son désir de jouer sur les courts de Roland-Garros cet été: "Au début, on se dit que 2024 c'est loin. Finalement, ça vient très vite. Je l'ai dans un bon coin de ma tête tout le temps. Les Jeux à Paris, à Roland, à côté de chez moi... on ne peut pas faire mieux. C'est un gros objectif pour moi cette année."

L’opération la plus juteuse a été réalisée par Océane Dodin. La Nordiste occupe la 61e place à la Race, ce qui suffirait pour faire le 'cut'. Si elle se montre régulière lors des quatre prochains mois, elle peut décrocher sa sélection. Ce qui ne manquerait pas de faire tousser à la FFT car les relations avec 'Océ' sont fraîches. Ainsi, Julien Benneteau, le capitaine de l’équipe de France de Billie Jean Cup, ne se trouvait pas dans le box de la Tricolore lors de son match face à Qinwen Zheng en 8e de finale.

Des filles comme Varvara Gracheva ou Alizé Cornet sont en retard dans cette course aux Jeux. Et la tâche de l’Azuréenne ne s’annonce pas simple car elle quitté le Top 100. Elle n’aura plus accès aux tableaux finaux des tournois. Et, pour ne rien arranger, elle vient de subir une infiltration à l’épaule droite.

Les mois qui arrivent s’annonçent donc très excitants. Avec une inconnue qu’il faudra lever: Adrian Mannarino, qui n’apprécie guère la terre battue – "Je suis une chèvre là-dessus", disait-il à l’US Open  - s’inscrira-t-il?

Article original publié sur RMC Sport