Publicité

JO de Paris 2024 : un QR code pour se déplacer ? Politiques et juristes dénoncent une restriction des libertés

Les automobilistes à Paris et ailleurs en Île-de-France devront présenter un QR code pour rouler dans certains quartiers, a annoncé le préfet Laurent Nuñez.

La circulation sous l’Arc de Triomphe à Paris (image d’illustration).
Bloomberg / Bloomberg via Getty Images La circulation sous l’Arc de Triomphe à Paris (image d’illustration).

JEUX OLYMPIQUES - La mesure interroge et inquiète. Le préfet de Paris Laurent Nuñez a détaillé mardi les contours du dispositif de sécurité pendant les Jeux olympiques de 2024. Il a expliqué que certaines zones de la capitale ne seraient pas accessibles à tous, ou uniquement avec un QR code de dérogation. De quoi faire bondir des personnalités politiques de gauche et des juristes ce mercredi 29 novembre.

JO 2024 : à Paris, une dérogation sera demandée pour circuler en voiture dans certaines zones de la capitale

« Les jeux de l’exclusion ! Les JO 2024 c’est donc : une restriction sans précédent de la liberté de circulation (on devra avoir un QR code pour marcher dans Paris, vous ne rêvez pas !), des billets aux prix exorbitants… », a par exemple réagi la députée LFI Aurélie Trouvé. « Les jeux olympiques de la honte », renchérit son collègue Carlos Martens Bilongo en citant le titre de l’article de BFMTV.

La situation est un peu plus compliquée que celle décrite par les deux insoumis. Comme l’explique Laurent Nuñez dans Le Parisien, il y aura quatre zones de restrictions dont deux concerneront les piétons. Les deux autres seront des périmètres de circulation dédiés aux voitures, classés bleu ou rouge.

Dans cet entretien, le préfet de police évoque un QR code uniquement pour entrer dans la zone rouge. Pour obtenir ce QR code, il faudra s’inscrire sur une plateforme qui sera mise en ligne au printemps. Il ajoute enfin que le jour de la cérémonie d’ouverture le 26 juillet, rentrer dans le périmètre de zone rouge (qui sera exceptionnellement élargi) ne sera possible que pour les automobilistes et piétons qui se sont inscrits sur la plateforme. Il ne parle pas à ce stade de QR code.

Comme un retour à la période Covid

De nombreux points restent à éclaircir, mais d’autres élus ont aussi dénoncé les restrictions des libertés après avoir découvert ce plan de sécurité. « Ce n’est pas une blague. Les Français, piétons ou en voiture, devront s’inscrire pour avoir le droit de se balader partout dans Paris pendant la durée des Jeux olympiques. Les Jeux de la honte. Les macronistes gâchent toujours tout », a dénoncé la députée LFI Clémence Guetté sur X.

Le sénateur communiste Pierre Barros se dit aussi « inquiet » après les annonces de Laurent Nuñez : « Les JO 2024, de moins en moins populaires, restreindront la liberté de circulation des Franciliens et légitimeront le recours à des technologies liberticides. Qu’en pensera la CNIL ? »

Ils ne sont pas les seuls à avoir exprimé leurs doutes. L’avocat Arié Alimi, spécialisé dans les affaires de violences policières et qui a notamment défendu Jean-Luc Mélenchon, fait le parallèle avec la pandémie de Covid-19 et analyse : « L’auto-attestation était une expérience de conditionnement de masse (“le Coup d’État d’urgence”). Les violences du maintien de l’ordre confirment la territorialisation de l’espace public (“l’État hors-la-loi”). De principe, la liberté de circulation devient l’exception. »

Le juriste et professeur de droit public Serge Slama s’inquiète aussi du retour du QR code, également introduit pendant la pandémie. « Ce n’est pas faute d’avoir dit et répété durant l’état d’urgence sanitaire que la logique du QR code reviendrait à la première occasion », écrit-il sur X.

VIDÉO - JO-2024: quasi doublement du prix des tickets de métro parisiens pendant l'été

À voir également sur Le HuffPost :

  

JO de Paris 2024 : comment la promesse de transports en commun gratuits est tombée à l’eau

Surf aux JO-2024 : Kelly Slater soutient la mobilisation contre la nouvelle tour à Teahupo’o