Publicité

JO de Paris 2024: Nikola Karabatic annonce officiellement qu'il ne sera pas porte-drapeau

Ce ne sera pas lui. Dans une interview donnée ce vendredi au Parisien, Nikola Karabatic confirme que le rôle de porte-drapeau cet été pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris ne lui reviendra pas. "J’ai reçu pas mal de marques de soutien qui m’ont fait très plaisir, dit-il. Mais j’ai aussi lu ensuite une réaction de mon président de Fédé (Philippe Bana) qui a dit qu’il ne proposerait pas ma candidature comme porte-drapeau. Je n’ai aucun souci avec ça, car je ne sais même pas si je serai aux Jeux. (…) Ça m’a touché mais malheureusement je ne serai pas porte-drapeau."

Après 22 ans de carrière, celui qui fêtera ses 40 ans le 11 avril doit vivre son ultime danse avec l’équipe de France à domicile. Avec l’objectif de décrocher un quatrième titre olympique qui viendrait s'ajouter à un palmarès déjà fabuleux (quatre titres mondiaux, trois européens, trois Ligues des champions et 21 championnats nationaux). Le meilleur joueur de l'histoire de l'équipe de France avait annoncé fin août qu'il prendrait sa retraite, débutée en 2001, à l'issue de la saison.

"Un petit côté politique..."

Le 31 mai, le Paris SG hand célèbrera le dernier match de championnat de sa carrière en club contre Aix-en-Provence à Bercy, où il délocalisera un match pour la première fois de son histoire. Il pourrait ensuite avoir une autre occasion de porter le maillot du PSG, où il est arrivé en 2015 : en cas de qualification pour le Final Four de la Ligue des champions (8-9 juin à Cologne). Quant au rôle de porte-drapeau, Philippe Bana avait confirmé dès début janvier qu’il ne militerait pas pour Karabatic.

Le principal intéressé estime-t-il être pénalisé par les critères mis en place par le CNOSF liés à l’absence de sanction par la justice ? "Non, car j’ai cru lire que c’était juste un certain type de casier qui ne me concernait pas. Mais pour être honnête, je ne connais pas tous les critères de sélection. Je crois que c’est un processus très long, qui peut aussi avoir un petit côté politique…", répond auprès du Parisien le joueur, qui à l’instar de son frère Luka a été condamné dans une affaire de paris en 2012.

Si les candidats - déclarés ou potentiels - sont nombreux pour le rôle de porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture des JO, le 26 juillet sur la Seine, Nikola Karabatic verrait bien Florent Manaudou ou Renaud Lavillenie par exemple. Ou l’ensemble de l’équipe de France féminine de handball.

Article original publié sur RMC Sport