Publicité

JO de Paris 2024 : En football, même après le tirage au sort, il sera difficile de dire si les Bleus sont favoris

Antoine Griezmann et Kylian Mbappé, ici photographiés en mars 2023 lors d’un match en Irlande, rêvent de faire partie de l’équipe de France qui disputera les Jeux olympiques. Mais de nombreux obstacles se dressent entre eux et une breloque parisienne.
FRANCK FIFE / AFP Antoine Griezmann et Kylian Mbappé, ici photographiés en mars 2023 lors d’un match en Irlande, rêvent de faire partie de l’équipe de France qui disputera les Jeux olympiques. Mais de nombreux obstacles se dressent entre eux et une breloque parisienne.

JO DE PARIS 2024 - Un été grandiose avant de poser ses valises à l’étranger ? Alors que se déroule, ce mercredi 20 mars, le tirage au sort des tournois olympiques de football, l’image d’un Kylian Mbappé déjà vainqueur de l’Euro 2024 recevant une médaille d’or avant de quitter la France pour aller enfiler le maillot du Real Madrid ou de Liverpool, fait forcément rêver. Sauf que cette perspective pourrait être balayée pour des raisons on ne peut plus prosaïques, pour Mbappé comme pour de nombreux autres Bleus.

JO de Paris 2024 : pour le tournoi de basket, des dynamiques et défis différents pour Bleues et Bleus

Le sélectionneur des Espoirs, Thierry Henry, aura le droit de retenir 18 joueurs cet été : 15 nés après le 1er janvier 2001, et trois plus âgés. Un premier casse-tête se pose dès lors à l’ancien meilleur buteur de l’équipe de France : quels « anciens » emmener aux JO ?

Kylian Mbappé et Antoine Griezmann, les deux meilleurs Français à l’heure actuelle ? Raphaël Varane, Olivier Giroud et Hugo Lloris, pour leur offrir des adieux idéaux ? Théo Hernandez et Marcus Thuram pour combler certains vides de l’effectif ? La réflexion est en cours.

Le spectre de la sélection bancale des JO de Tokyo

Deuxième problème : la volonté des clubs. Puisque le tournoi n’est pas organisé par la Fifa qui régit le football mondial, ses dates n’ont pas été banalisées. Les clubs qui emploient les joueurs peuvent donc refuser de libérer les joueurs pour les JO. L’Équipe écrivait mi-mars à cet égard que le Real Madrid est opposé à la participation de ses Français. Pas d’Aurélien Tchouaméni, ni de Ferland Mendy donc. Pas d’Eduardo Camavinga non plus alors qu’il est né après 2001. Et surtout pas de Kylian Mbappé s’il rejoignait la « Maison blanche ».

Les clubs français, seront en théorie plus conciliants, mais une équipe engagée en Coupe d’Europe acceptera-t-elle de se passer d’un titulaire pour toute la préparation de sa saison ? Des doutes sont permis. En se penchant sur la dernière liste de Thierry Henry, on pense au gardien Lucas Chevalier, inamovible dans les cages de Lille, au numéro 9 de Lens Elye Wahi ou à l’ailier parisien Bradley Barcola, titulaire lors des deux matches de huitièmes de finale de Ligue des champions contre la Real Sociedad. Des cadres que leurs employeurs auront le droit de bloquer pour attaquer au mieux la saison prochaine.

Dernier obstacle : l’exécutif du football français. Après la déroute des JO de Tokyo, où, confronté aux mêmes problématiques, le sélectionneur Sylvain Ripoll avait dû constituer une équipe de bric et de broc, la Fédération française a promis de jouer le jeu en facilitant le travail des Espoirs pour le plus grand événement sportif jamais organisé en France. Sauf qu’il y a une autre compétition pour les Bleus cet été : l’Euro 2024 dont la finale est programmée dix jours avant l’entrée en lice de l’équipe de France aux Jeux de Paris.

Priorité à l’Euro, même pour les jeunes joueurs

En l’occurrence, si la FFF voit avec bienveillance la perspective d’une breloque olympique, priorité a clairement été donnée à la compétition continentale. En l’occurrence, William Saliba, le défenseur d’Arsenal né en 2001 et Warren Zaïre-Emery, le prodige du PSG né en 2006 participeront probablement à l’Euro. Et comme l’a sous-entendu Didier Deschamps, lui et la FFF ne pousseront pas forcément pour que les joueurs des « grands » Bleus doublonnent avec l’équipe de Thierry Henry, y décelant un risque pour leur santé physique et mentale.

Or si l’on se penche sur les cas individuels des appelés chez les Espoirs pour les amicaux de la fin mars, leur dernier rassemblement avant les Jeux, des cas individuels du même acabit peuvent se poser pour chaque Bleuet ou presque. Ne serait-ce que chez les moins de 23 ans, entre les joueurs qui seront en instance de transfert cet été, blessés, en méforme, bloqué par leur employeur… difficile d’avoir une idée de la composition de l’équipe olympique.

Une équation terrible donc pour Thierry Henry, avant même de savoir ce mercredi à qui son équipe sera opposée lors du tournoi olympique. Comme Kylian Mbappé, celui qui a gagné tous les trophées possibles lorsqu’il était joueur, de la Coupe du monde à la Ligue des champions, rêve de marquer l’Histoire et de décrocher son premier titre en tant qu’entraîneur aux JO. Un défi à sa hauteur : la France a remporté son seul titre olympique en football en 1984. Au cœur d’un été où les Bleus gagnaient également l’Euro…

À voir également sur le HuffPost :

Kylian Mbappé quitte le PSG : les trois points d’interrogation qui demeurent d’ici la fin de saison

Grèce - France en qualifications à l’Euro 2024 : un visuel de la FFF déchaîne les passions