Publicité

JO 2024: critiqué, le ministère de l'Éducation se défend après l'envoi d'une pièce de 2 euros aux écoliers

Un "kit pédagogique" sur les Jeux olympiques 2024, composé d'un livret accompagné chacun d'une pièce de 2 euros spéciale frappée par la Monnaie de Paris pour l'occasion provoque la grogne chez les enseignants. Et pour cause: cette opération a coûté 16 millions d’euros au ministère de l'Éducation et de la Jeunesse, selon les informations de nos confrères de RMC.

Cette annonce tombe au moment où Bruno Le Maire a annoncé 10 milliards de coupes dans le budget de l'État.

"Notre budget sera impacté de 1% par les coupes budgétaires. C'est un des moins impactés", se défend le ministère auprès de BFMTV.com

"Cela n'aura pas d'impact sur les recrutements et les réformes engagées qui supposent de tels recrutements", explique-t-on. Quant aux JO, c'est "un moment historique" et l'organisation de ces kits "était prévue de longue date afin que tous puissent avoir le livret, au bon moment!"

Mitterrand avait fait la même

Cette opération voulue par le président de la République va permettre aux élèves ainsi qu'à leurs professeurs "de garder une trace de cet événement inédit" et de partager "un héritage précieux et un souvenir commun", nous contextualise la rue de Grenelle.

À l'hôtel de Rochechouart et à l'Élysée, on s'appuie sur un précédent de 1989 pour justifier cette ambition. En 1989, en effet, pour le bicentenaire de la révolution française, un livret ainsi qu'une pièce commémorative de 1 franc avaient été remis à chaque élève de CM2.

"Une distribution d'objet"

Au-delà du budget alloué à une telle initiative, les syndicats d'enseignants déplorent le manque d'informations préalables et de communication avec les équipes pédagogiques. "On a reçu ça, mais on n'a pas d'infos pour les utiliser, pas d'enseignement", s'agace Élisabeth Allain-Morenon du syndicat SE-Unsa à notre oreille.

La secrétaire générale fustige une "déconnexion totale" des JO vis à vis de l'école par rapport aux engagements pris par le président de la République pour créer du lien pendant cette période.

"À part la labellisation génération 2024 pour certains établissements qui s'est vite essoufflée et cette distribution d'objet, il n'y a rien pour la jeunesse", déplore-t-elle.

"Il s'agit pour l'instant des premières distributions aux chefs d'établissement", se défend le Ministère de l'Éducation. Les livrets, eux, "ne seront pas distribués aux élèves avant le lancement officiel" de cette initiative pédagogique qui s'accompagnera probablement "d'un déplacement d'Emmanuel Macron".

"Le livret est un appui qui sera complété par des ressources pédagogiques actualisées sur le site Éduscol", nous explique l'entourage de Nicole Belloubet.

"Impossible à digérer"

Les syndicats accusent le gouvernement de gaspiller "dans un moment où Bruno Le Maire annonce que les fonctionnaires vont devoir se serrer la ceinture", tempête Guislaine David, porte parole du SNUipp-FSU. "Ces 16 millions d'euros de kits, c'est énorme! C'est impossible à digérer", conclut le SE-Unsa.

Dans son texte détaillant les 10 milliards d'euros de coupes budgétaires, le ministre de l'Économie n'a pour l'instant pas développé précisement celles qui toucheront l'Éducation.

Mais "si on lui applique la formule annoncée par Bruno Le Maire, elle doit rendre 750 millions à Bercy. […] Où la ministre peut-elle trouver 750 millions sans toucher aux emplois?", s'interroge François Jarraud, rédacteur en chef du média Café pédagogique, référence pour les acteurs du secteur.

Article original publié sur BFMTV.com