Publicité

JO 2024 : À Versailles, l’incroyable préparation du parc du château pour les épreuves d’équitation

PARIS 2024 - Des dorures et des centaines de tonnes de terre et de remblai déplacés pour installer pistes de cross, carrières, tribunes et logistique : à 119 jours des JO de Paris, le château de Versailles met les bouchées doubles pour accueillir les épreuves d’équitation, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article. Environ « 70% » du chantier est réalisé, a assuré Lorick Joseph, du comité d’organisation des JO, en présentant le site à la presse, vendredi 29 mars.

C’est le bassin d’Apollon, statue-fontaine en plomb doré et symbole du Roi Soleil, situé dans l’axe principal du palais royal, qui a inauguré ce « point d’étape » : entièrement restauré à l’occasion des JO, il a été remis en eau pour la première fois devant des dizaines de photographes et caméras du monde entier immortalisant ses jets d’eau sur fond de musique baroque.

À l’ouest du parc et aux abords du grand canal, le site principal, dit de l’étoile royale, a lui aussi été installé en grande partie : des gradins remplissent trois tribunes en U qui pourront accueillir au total 16.300 personnes autour de la carrière principale (dressage, saut d’obstacles) de 8.000 m2.

Située à trois km dans la perspective du château et du grand canal, elle n’a pas encore son revêtement. À proximité, deux des trois carrières d’entraînement ont déjà reçu leur sol en sable blanc. Une piste de galop de 700 mètres a aussi été installée pour les chevaux à l’ombre d’arbres, ainsi qu’un immense terrain devant accueillir 200 boxes « sous des tentes climatisées », explique Jean Morel, ancien cavalier et directeur sportif de ce site olympique..

De nombreux groupes électrogènes ont déjà pris place sur un terrain qui abritera aussi une clinique vétérinaire, des stands de contrôle et autres moyens logistiques nécessaires à la compétition,

Le cheval à Versailles

Omniprésent dans nombre d’oeuvres d’art du château de Versailles, le cheval faisait partie intégrante de la vie quotidienne des rois et de la cour sous l’Ancien Régime qu’il s’agisse de chasse, de divertissement, de transport ou de guerre.

Loin du bassin d’Apollon, tractopelles, jardiniers et ouvriers s’activent à la préparation de la piste de cross country, épreuve spectaculaire des JO qui emmènera chevaux et cavaliers le long d’un parcours de 5,3 kilomètres, dotés de 28 obstacles naturels dont plusieurs traversées d’eau, à travers le domaine royal.

Quarante mille visiteurs répartis dans l’espace naturel derrière des cordes délimitant le parcours pourront assister à cette épreuve, selon le Cojo.

« Une piste homogène, de même densité dans les sous-bois, clairières et chemins, a été décapée, sablée et replantée par endroits ; les deux pontons permettant aux chevaux de traverser le grand canal ont aussi été adaptés et testés pour qu’ils puissent prendre leur appel et se réceptionner sans se blesser », a précisé à l’AFP Jean Morel, ancien cavalier et directeur sportif de ce site olympique.

Après les JO, toutes ces infrastructures temporaires doivent être démontées et le site remis dans son état historique. Les épreuves olympiques d’équitation se dérouleront du 27 juillet au 6 août. Le château de Versailles accueillera aussi les épreuves de dressage des Jeux paralympiques, du 3 au 7 septembre, et les cinq épreuves du pentathlon moderne.

À voir également sur Le HuffPost :

JO de Paris 2024 : ping, badminton, voile… Le printemps faste des équipes de France

Aya Nakamura dévoile « Doggy » un vieux titre qui résonne avec la polémique des JO de Paris 2024