JFK : qui est "Gunilla", cette maîtresse qui lui a fait regretter son mariage avec Jackie Kennedy ?

·1 min de lecture

Il a failli tout quitter pour ses beaux yeux... Des décennies après la mort de John Fitzgerald Kennedy, des acheteurs vont pouvoir s'offrir de petits trésors : des lettres d'amour écrites par l'ancien président américain à sa maîtresse suédoise. Mises en vente pour 30.000 dollars lors d'enchères organisées à Boston, elles révèlent un côté méconnu de JFK. "Ces lettres sont les seules que nous avons à partager qui montrent des signes d'affection de Kennedy envers une autre femme lorsqu'il était marié", a expliqué la maison de vente. Les huit lettres, écrites entre 1955 et 1956, elles sont antérieures à la présidence de John Fitzgerald Kennedy. À l'époque, il était sénateur dans le Massachusetts et les notes étaient écrites sur du papier à en-tête du Sénat. En 1953, quelques semaines avant d'épouser Jacqueline Bouvier, il est tombé fou amoureux de Gunilla von Post, une aristocrate.

C'est à Cannes que les deux se sont rencontrés pour la première fois avant de se retrouver en 1955, deux ans après le mariage de JFK, pour "une semaine très heureuse et intime à consommer leur relation". A l'époque, JFK était prêt à tout pour quitter Jackie Kennedy et vivre au grand jour son amour pour Gunilla. Mais selon la maison d'enchères, ses efforts ont été "contrariés par son père, ses ambitions politiques et la sensibilité mutuelle de Kennedy et von Post à la fausse couche subie par Jacqueline en 1955". L'année suivante, Gunilla s'est mariée (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Jean-Michel Blanquer : la décision radicale du ministre sur un sujet clivant
Mazarine Pingeot : ses mots durs et déchirants sur la révélation du secret de son père François Mitterrand
Emmanuel Macron fâché avec Edouard Philippe ? Ce que le président ne supporte pas du tout
Emmanuel Macron influencé par son épouse Brigitte ? "J'écoute tout ce qu'elle dit"
Danielle Mitterrand : ce qu'elle disait à ses fils à propos de Mazarine Pingeot