Publicité

Jeunes aidants : les invisibles qui accompagnent un proche malade

En France, des millions d’adultes accompagnent régulièrement un proche malade, en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Souvent oubliés, les enfants doivent aussi parfois endosser ce rôle, avec peu d'aide extérieure.

En France, 8.8 millions d’adultes sont des proches aidants, c’est-à-dire qu’ils apportent une aide régulière à un parent malade, en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Mais parfois, ce sont les enfants qui doivent assumer ce rôle et accompagner quotidiennement un proche, parce qu’ils n’ont pas d’autre option. "En France, on estime à 530.000 le nombre d’enfants aidants, rien que pour un parent en situation de handicap. Alors pour ceux qui accompagnent un parent malade, ou qui soutiennent un parent qui s’occupe d’un frère ou d’une sœur, on peut vite imaginer que le nombre d’enfants aidants en France se situe plutôt entre 700.000 et 1 million", explique à Sciences et Avenir Amarantha Bourgeois, directrice de l’Association Jeunes Aidants Ensemble (JADE). L’association, née en 2017, est la première en France à proposer un accompagnement aux jeunes aidants et à leur famille.

Une vie en décalage

Lorsque leurs amis jouent, sortent ou trouvent simplement le temps de faire leurs devoirs, d’autres doivent s’adonner à des activités bien différentes : faire les courses, le ménage, cuisiner pour aider un parent qui n’a plus la capacité d’assumer ces tâches, ou le soutenir lorsque celui-ci s’occupe déjà d’un membre de la famille en perte d’autonomie.

C’est la situation dont témoigne Adrien, 15 ans, dans un documentaire diffusé par ARTE et actuellement disponible en replay. Aîné d’une fratrie de 3 enfants, il soutient au quotidien sa mère atteinte de la maladie de Parkinson et qui peine à réaliser les tâches quotidiennes. Quand il rentre de l’école, il fait les courses, prépare les repas, s’occupe de ses frères et sœurs ou répond au téléphone : Adrien est une sorte de second parent, malgré son jeune âge, malgré lui et malgré sa maman qui n’a pas d’autre choix que de se reposer sur son aîné. "Souvent, les parents sont obligés de demander de l’aide à leur enfant parce qu’ils n’ont pas d’autre choix. Ce sont les filles et les aînés qui assument le plus souvent cette respon[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi