Publicité

Jean-François Piège : home-jacking chez le célèbre chef à Paris, la nounou de ses enfants séquestrée

C’est un nouvel home-jacking qui s’est déroulé chez une personnalité française. Vendredi 26 janvier, le domicile du chef cuisinier Jean-François Piège a été visité par trois hommes, aux alentours de 11 heures. D’après les informations de Actu17, les malfaiteurs ont frappé à la porte de son logement situé dans le Ier arrondissement de Paris. Alors que celui qui possède plusieurs restaurants dans la capitale était absent, la nounou de ses deux enfants a ouvert la porte. Les trois individus sont alors entrés brutalement. Une fois dans le logement, ils ont ligoté la nounou avant de fouiller les lieux et de repartir. Ils auraient notamment dérobé “des bijoux ainsi que des montres de luxe”. Le montant exact du butin serait toujours en cours d’évaluation.

La nounou des enfants de Jean-François Piège a donné l’alerte

Après le départ des malfaiteurs, la victime a réussi à défaire ses liens afin de donner l’alerte. Elle a rapidement contacté la police, qui se trouverait toujours sur place pour procéder à des constatations. Pour le moment, on ne sait pas si Antoine (8 ans) et Pia (3 ans), les deux enfants de Jean-François Piège et Élodie Piège, se trouvaient dans le logement au moment des faits. Depuis quelques mois, de nombreuses célébrités ont été victimes d'home-jacking à leur domicile parisien. On peut par exemple citer Nikos Aliagas, Cyril Lignac, Vitaa, Anne-Sophie Lapix, Alexandre Letellier ou encore Bruno Guillon. Ce (...)

Lire la suite sur Closer

Brigitte Macron : avec Emmanuel Macron, c’est confidences et engueulades "comme dans tous les couples !"
Kate Middleton hospitalisée : pourquoi son retour à Windsor sera aussi secret que son opération
Ils découvrent un diamant d'une valeur de 6 millions d'euros, leur vie 7 ans plus tard n'est pourtant pas rose
Cheveux blancs : cette astuce à adopter d'urgence pour les sublimer
Gérard Depardieu : ses propos dans Complément d’enquête "trafiqués" ? L’avocat de Yann Moix persiste