Publicité

Japon : un député contraint de s'excuser après avoir été filmé les mains dans ses poches

Seiji Kihara, député et conseiller du Premier ministre japonais Fumio Kishida, le 13 juin 2016. - Dean Calma / IAEA
Seiji Kihara, député et conseiller du Premier ministre japonais Fumio Kishida, le 13 juin 2016. - Dean Calma / IAEA

Le député Seiji Kihara, âgé de 52 ans, a été critiqué par de nombreux internautes et par sa mère pour son attitude jugée impolie au Japon.

Une attitude très mal perçue. Seiji Kihara, un proche du premier ministre japonais Fumio Kishida a présenté ses excuses après avoir été filmé les mains dans les poches de son pantalon le 13 janvier à l'occasion d'un voyage aux États-Unis, rapporte le Guardian.

L'attitude du député avait déclenché de vives critiques sur les réseaux sociaux japonais mais aussi de sa propre mère. Cette dernière a dit "avoir honte" de lui, selon les mots de l'homme politique.

Invité à "coudre ses poches" par sa mère

C'est sur Youtube, dans une discussion au ton informel, que le secrétaire général adjoint du cabinet de Fumio Kishida a fait part de cet épisode. Il explique que sa mère l'a appelé, furieuse, après avoir lu des commentaires affirmant que Seiji Kihara "déshonorait sa famille".

Après ses excuses, Seiji Kihara a expliqué que son attitude n'était pas liée à un manque de respect envers le premier ministre qui s'exprimait devant lui.

Il a en effet dit qu'il était "du genre à mettre ses mains dans ses poches lorsqu'il marche", bien qu'il soit immobile dans la vidéo, et que sa posture lui permettait de se mieux concentrer sur les propos de Fumio Kishida. Sur le ton de l'humour, l'homme politique a aussi avancé des raisons diplomatiques pour justifier son attitude.

"J'ai réfléchi à la meilleure façon d'exprimer les relations amicales entre le Japon et les États-Unis lors du sommet", a-t-il raconté.

Une posture perçue comme impolie au Japon. Seiji Kihara n'est pas le premier responsable politique à s'attirer les foudres de la toile pour avoir mis les mains dans ses poches. Le geste, jugé inapproprié dans certains contextes officiels et professionnels, avait valu de nombreuses critiques à la gouverneure de la métropole de Tokyo, Yuriko Koike, en 2019.

Après avoir décerné la médaille d'or au vainqueur du marathon de Tokyo, l'Éthiopien Birhanu Legese, elle avait glissé ses mains dans la poche de sa parka alors qu'il pleuvait.

Son attitude contrastait alors avec celle du coureur, qui se tenait les bras le long du corps et sans parapluie malgré les ondées.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Qui aurait pu prédire la crise climatique?": Emmanuel Macron estime avoir été "mal compris"