«Plus que jamais» d’Emily Atef - la critique et la bande-annonce du dernier film avec Gaspard Ulliel

© DR

Le synopsis

Hélène et Mathieu sont heureux ensemble depuis de nombreuses années. Le lien qui les unit est profond. Confrontée à une décision existentielle, Hélène part seule en Norvège pour chercher la paix et éprouver la force de leur amour.

La critique de Paris Match (4/5)

Difficile ne pas évoquer la présence du regretté Gaspard Ulliel au générique. De ne pas être troublé - ému même -, à chacune de ses scènes, comme s’il était trop tôt pour accepter qu’il soit encore si vivant et vibrant à l’écran. Son rôle est secondaire. Il est Mathieu, celui qui refuse l'inéluctable et sa présence magnétique à l'écran dans les scènes qu'il interprète nous rappelle quel acteur talentueux il était. Mais ce serait injuste pour la réalisatrice Emily Atef et l’actrice Vicky Krieps de ne juger le film que par ce prisme, tant ce portrait d’une femme atteinte d’une grave maladie touche en plein coeur, justement par sa pudeur et son refus de céder à la larme facile.

Dès la scène d’introduction, un diner entre amis embarrassés par la présence de celle qui rappelle à tous que nous ne sommes pas immortels, le film trouve son ton. Hélène ne refuse pas la mort qui arrive mais n’accepte pas pour autant l’apitoiement des siens. Son dernier voyage - en Norvège - sera obstinément lumineux, quitte à susciter l’incompréhension et la colère. Se baigner nue dans un Fjord, marcher à en perdre haleine dans la montagne, caresser une dernière fois le corps de l’être cher : Hélène veut goûter une dernière ...


Lire la suite sur ParisMatch