Publicité

"La jalousie est un vilain défaut": Rachida Dati répond à Bruno Retailleau sur le "débauchage"

Le torchon brûle toujours entre les Républicains et la ministre de la Culture. Ce mercredi 31 janvier, Rachida Dati a une nouvelle fois répondu aux attaques de ses anciens collègues du parti de droite, dont elle a été exclue à sa nomination rue de Valois.

Alors qu'elle rencontrait des jeunes lycéens de terminale au Sénat, celle qui reste toujours maire du 7e arrondissement de Paris a réagi aux propos de Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, sur "l'opportunisme" en politique.

"Le débauchage ne fait ni de bien à la démocratie ni de bien à la politique, parce que signifier que tout se vaut, la droite comme la gauche, la fidélité comme les revirements, ça veut dire que rien ne vaut et que tout est faux", a-t-il lancé plus tôt dans la journée à la tribune, en présence de la ministre.

"Rien ne m'attriste"

Interrogée sur cette phrase, Rachida Dati a simplement rétorqué au micro de BFMTV: "La jalousie est un vilain défaut."

Puis, elle a commenté la deuxième partie de la prise de parole de Bruno Retailleau, qui se réjouissait que "des femmes et des hommes de loyauté à gauche comme à droite qui considéreront toujours que l'ambition est en dessous de la conviction et la conviction au-dessus de l'ambition".

"La haine non plus, le repli sur soi non plus", a lancé Rachida Dati. Elle a poursuivi: "Rien ne m'attriste. Tout ce qui m'intéresse c'est de réussir ma mission au ministère."

La femme de droite, très critiquée par les oppositions, a ensuite mis en avant son lien avec les Français et sa volonté d'ouvrir la culture à tous. "Il y a un lien entre eux et moi, c'est qu'il y a quelque chose, c'est que vous donnez de l'espoir à toute une catégorie de Français." Elle a conclu: "La rancœur, les replis sur soi, ça m'intéresse pas et ça m'intéresse plus."

Article original publié sur BFMTV.com