Publicité

"J'ai vécu un cauchemar éveillé" : Mylène Farmer traumatisée... Cet imprévu qui l'a longtemps rongé bientôt arrangé !

En 40 ans de carrière, Mylène Farmer a connu beaucoup de hauts, mais aussi quelques bas. Pour son plus grand bonheur, la chanteuse retrouve le Stade de France, à la rentrée 2024, pour trois dates.

Ses apparitions sont si rares qu'elles sont précieuses. Mylène Farmer aurait dû retrouver son public durant l'été 2023 mais elle n'a pas pu se rendre au Stade de France de Paris en raison des émeutes qui agitaient, à l'époque, notre pays entier. En lieu et place, la nouvelle voix du Sidaction montera sur la scène du stade de France les 27 et 28 septembre 2024 ainsi que le 1er octobre 2024, pansant ainsi une blessure un peu rude pour elle.

Elle était en chemin pour le Stade de France, le jour J, quand elle a appris que son concert était subitement annulé. "Je m'entends encore répondre, d'une voix à peine audible, le souffle coupé : 'Non, non, on doit y aller'", se souvient Mylène Farmer dans les colonnes du magazine Gala. "Vertige absolu. Nous sommes restés sur le trottoir, complètement abasourdis, pendant une vingtaine de minutes. Je ne pensais qu'au public déçu, désemparé. J'ai vécu un cauchemar éveillé. Cela reste un très mauvais souvenir, j'avoue. Heureusement, nous nous retrouvons bientôt."

Mylène Farmer, qui fête ses 40 ans de carrière, a effectivement trois nouvelles dates prévues au Stade de France mais ce n'est pas tout. Elle va également sortir un album de remix. Beaucoup d'actualités, donc, pour l'artiste la plus mystérieuse de notre pays : "Je me protège, vous le savez", rappelle-t-elle. "Je ne fréquente pas les soirées. J'assiste rarement à des premières. La célébrité fait partie de ma vie, je...

Lire la suite


À lire aussi

Julien Courbet : Ce commerçant mis en cause à tort par l'animateur, il a vécu un cauchemar... triste histoire à l'issue dramatique
"Vingt jours à saigner et à vomir" : Un joueur du PSG victime d'un virus qui l'a terrassé et lui a fait perdre 8 kilos
Pascale Arbillot (La Peste) évoque son ancien compagnon qui a mis fin à ses jours : "Cette étroitesse d'esprit l'a tué..."