Publicité

"J'ai tellement la haine" Just Riadh, victime d'un violent home-jacking : l'influenceur sort du silence

Dans la nuit de dimanche à lundi, l'influenceur Just Riadh a été victime d'un violent cambriolage au domicile de ses parents. un triste évènement sur lequel le jeune homme s'est exprimé publiquement pour la première fois.

La série de violents cambriolages et home-jacking dont sont victimes les célébrités en ce moment va-t-elle se terminer un jour ? Pour l'heure, l'enfer continue. Après Bruno Guillon ou encore Vitaa, l'influenceur Just Riadh a été agressé au domicile de ses parents situé à Magny Le Hongre en Seine-et-Marne. En compagnie de sa femme, qu'il a épousée il y a quelques mois, et de son frère, le jeune homme s'est fait surprendre par trois malfaiteurs dans la nuit de dimanche à lundi comme l'a rapporté Le Parisien.

"Le commissariat d'agglomération de Chessy a été saisi d'une enquête pour vol en réunion, sous la menace d'une arme" indique le quotidien dans son article. Just Riadh a indiqué aux enquêteurs avoir été menacé avec un couteau sous la gorge pour que les trois personnes puissent repartir avec un sacré butin.

Ce dernier est d'ailleurs conséquent puisque les voleurs sont repartis avec pas moins de trois téléphones portables et deux montre de grandes valeurs. Au total, c'est avec un butin d'un peu plus de 20 000 € qu'ils ont pu prendre la fuite : "Ils ont également fait main basse sur 1000 € en liquide, avant de prendre la poudre d'escampette." Aux dernières nouvelles, personne n'a été interpellé dans l'affaire. Face à l'inquiétude des followers, Just Riadh a fini par s'exprimer.

Just Riadh sort du silence

Sous le choc de l'agression qu'il a subie, Just Riadh a pris la parole...

Lire la suite


À lire aussi

"J'ai été victime d'une agression" : Bruno Guillon réapparaît après son violent home-jacking, la "leçon" étonnante qu'il en tire
Disparition de Delphine Jubillar : "Il y a une haine qui monte", l'oncle de l'infirmière sort du silence
Vitaa victime d'un home-jacking : elle quitte la maison où elle a été séquestrée, "il n'y a plus rien chez moi, en revanche..."