Publicité

"J'ai cru mourir" : Sandrine Josso, la députée qui accuse le sénateur Joël Guerriau de l'avoir droguée, brise le silence

Sandrine Josso, députée MoDem élue de Loire-Atlantique, était l'invitée de C à vous (France 5), ce lundi 20 novembre. Pour la première fois, elle a pu revenir publiquement sur l'agression qu'elle a subie, de la part de Joël Guerriau (Horizons).

Invitée dans C à vous, ce lundi 20 novembre, Sandrine Josso, députée MoDem élue de Loire-Atlantique, a pu revenir sur l'agression qu'elle a subie. Depuis vendredi soir dernier, Joël Guerriau (Horizons) a été mis en examen pour avoir drogué celle-ci, en vue de l'agresser sexuellement. Au terme de sa garde à vue, le politique a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en examen pour "administration à une personne, à son insu, d'une substance de nature à altérer son discernement ou le contrôle de ses actes pour commettre un viol ou une agression sexuelle", ont indiqué le parquet et son avocat. Sur le plateau de C à vous, Sandrine Josso, gênée à la vue de la photo de son agresseur, est revenu sur cette troublante soirée dont elle ressort traumatisée.

"On peut tous subir ce que j'ai subi", a-t-elle fait savoir devant Anne-Elisabeth Lemoine et son équipe. C'est la première fois que Sandrine Josso prend la parole publiquement depuis les faits. Elle accuse le sénateur Joël Guerriau de l'avoir droguée en vue de l'agresser sexuellement, et révèle avoir "cru mourir" lors de la soirée pendant laquelle elle dit avoir ingéré de l'ecstasy à son insu. Elle avait alors bu une coupe de champagne, au goût altéré selon elle, ainsi qu'une fajitas là aussi bizarrement sucrée. Aujourd'hui, elle est "en post-trauma". "Je sursaute tout le temps", a notifié Sandrine Josso, qui au-delà de parler d'elle, entendait surtout vouloir...

Lire la suite


À lire aussi

Un sénateur accusé d'avoir drogué une députée : il a été mis en examen
"Avoir une famille tout en étant drogué" : Damon Albarn (Blur) franc sur sa paternité et sa consommation de drogue
Jean Lassalle accusé de viol et d'agressions sexuelles, il brise le silence : "Oula, ça ne sent pas très bon"