Publicité

"J'ai été diagnostiquée..." : Clémentine Sarlat au plus bas, elle dévoile plus d'un an après la maladie dont elle a souffert

Ce 26 mars, Clémentine Sarlat a décidé de s'ouvrir sur la maladie dont elle a été diagnostiquée en janvier 2023. La journaliste se confie pour sensibiliser sur ce fléau mental qui touche plus particulièrement les femmes.

C'est un témoignage qui a pour but d'éveiller les consciences sur une maladie pas encore bien connue et qui peut briser des vies. Ce mardi 26 mars, Clémentine Sarlat a pris la décision de parler à coeur ouvert de ce diagnostic qui a été posé il y a près d'un an et demi maintenant et qui lui a permis d'avancer dans le bon sens. "En janvier 2023, j'ai été diagnostiquée en dépression sévère. Ça a été un petit choc pour moi. Même si je me doutais bien que je cochais beaucoup de cases de la description du trouble dépressif", explique-t-elle, dans une publication où elle décide d'évoquer pour la première fois cette maladie mentale qui touche de nombreuses personnes.

Un état dépressif survenu quelques mois après un évènement important puisque Clémentine Sarlat s'est séparée de son mari et père de ses 3 enfants, Clément Marienval, en novembre 2022. "D'après l'OMS, le trouble dépressif (également connu sous le nom de dépression) est un trouble mental courant. Il se caractérise par la présence d'une humeur dépressive ou d'une perte durable de la capacité à éprouver du plaisir ou de l'intérêt", précise la journaliste, qui a longtemps évolué dans le milieu du sport. La jolie blonde de 36 ans va beaucoup mieux depuis quelques mois et elle s'est d'ailleurs remise en couple avec le père de ses filles. On l'a notamment vue en novembre dernier dans une robe déstructurée pour sa 1ère sortie avec son mari depuis leur réconciliation.

Lire la suite

À lire aussi

VIDEO "Je ne sais pas ce qui est le plus vexant" : Jarry face à une photo de lui datant d'il y a plus de 10 ans, il a bien changé

Hugues Aufray inconsolable face à la mort de sa petite fille : elle a succombé à 40 ans à une triste maladie

Meurtre de James Bulger à 2 ans : son tueur, 10 ans à l'époque, prêt à sortir de prison ? "C'est un bombe à retardement"