Jacques Duchesneau à «Tout le monde en parle»

Télévision

L’émission phare du petit écran québécois sera de retour pour entamer sa huitième saison sur les ondes de Radio-Canada, dimanche. L’équipe de Guy A. Lepage débute en force cette année avec la présence sur son plateau de la personnalité de l’heure au Québec, Jacques Duchesneau.

L’ancien chef du Service de police de la Ville de Montréal, maintenant à la tête de l'Unité anticollusion du ministère des Transports, a secoué la classe politique et perturbé la rentrée parlementaire à Québec, jeudi dernier, quand son rapport sur la corruption dans le domaine de la construction a été coulé aux médias. Dévastateur, le rapport fait mention, dans son préambule, de corruption érigée en système au Québec. « Les soupçons sont persistants qu'un empire malfaisant est à se consolider dans le domaine de la construction routière », y est-il écrit. Plus loin dans le rapport, M. Duchesneau interpelle directement les politiciens lorsqu’il écrit : « La collusion et la corruption ne sont pas des fatalités. Nous devons garder l'inspiration politique pour soutenir cette lutte ensemble. Et il nous faut être impatients. »

Son passage à Tout le monde en parle s’inscrit dans ce qui s’annonce être une semaine chargée pour Jacques Duchesneau. Jeudi, le même jour que l’enregistrement de l’émission, il doit également rencontrer le Directeur général des élections, après quoi il ira discuter avec le nouveau ministre des Transports, Pierre Moreau, vendredi. Mardi prochain, il est également appelé à témoigner devant la Commission de l'administration publique de l'Assemblée nationale. Jean Charest se dit d'accord avec cette comparution en commission, mais persiste à refuser de mettre sur pied une enquête publique. De son côté, le ministre des Finances, Raymond Bachand, s’inquiète des répercussions du passage de M. Duchesneau chez Guy A. Lepage.

Enregistrée jeudi soir, donc, la première de Tout le monde en parle compte bien sûr plusieurs autres invités au tableau. Olivia Chow, la veuve de Jack Layton, sera de la partie, tout comme trois vedettes du film « Café de Flore ». Aussi au menu: Laurent Paquin et Boucar Diouf, Denise Bombardier, les BB et Jean Bissonnette.

La controverse Nelly Arcan

Même avant l’annonce des invités de la première, l’émission a fait parler d’elle cette semaine quand son animateur vedette s’est retrouvé au cœur d’une controverse. Nelly Arcan, dans un livre publié de façon posthume, s’est attaqué à Guy A. Lepage en arguant qu'il l'avait humiliée lors du passage de l'auteure sur le plateau de l'émission, en 2007. L'animateur a vivement réagit, réfutant les accusations et se disant surpris de telles accusations. « Quand j'ai lu le texte, dans lequel elle me démonise, je me suis effondré, vraiment », a-t-il déclaré à Radio-Canada. Tout cela ne serait qu'une tempête dans un verre d'eau, puisque Nancy Huston, celle par qui le scandale est arrivé, est venu mettre un terme au malentendu.

Par ailleurs, Guy A. Lepage possède maintenant un canal YouTube, « Guy A. fait son tweet », où il s’amuse avec le populaire réseau Twitter. Pour sa saison automne 2011, Radio-Canada a institutionalisé la pratique du « twivage », c'est-à-dire, lors de la diffusion d'une émission, de mettre les vedettes qu'elle met en scène à la disposition du public via Twitter, créant du coup un sentiment d'interactivité avec les téléspectateurs. M. Lepage, déjà très actif sur Twitter lors de la diffusion de son émission l'an dernier, ajoute ainsi une autre corde à son arc.

« Tout le monde en parle » est diffusé dimanche à 20h, simultanément sur les ondes de la télé de Radio-Canada, de la Première Chaîne de Radio-Canada et sur le site web de Radio-Canada.

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.