Publicité

“J’ai subi de très graves opérations” : pourquoi Isabella Rossellini redoute la chirurgie esthétique

A 71 ans, Isabella Rossellini fait son grand retour au cinéma. L’actrice italienne joue dans La Chimère, à découvrir le 6 décembre prochain au cinéma. A l’occasion de ce nouveau projet, elle s’est confiée à nos confrères du magazine ELLE. Et la comédienne révèle notamment la raison pour laquelle elle ne veut pas succomber à la chirurgie esthétique : "D'abord, j'ai subi de graves opérations d'une scoliose depuis l'enfance, dont la dernière il y a dix ans. C'est très douloureux, donc ça me terrorise de me faire opérer", révèle-t-elle. "Il y a des jours où je me lève et je me dis : 'Tiens pourquoi ne pas utiliser cette nouvelle technique, allez, j'y vais !'. Et puis le lendemain, je me lève et je me dis 'C'est une nouvelle forme de corset qu'on nous impose, comme les petits pieds des femmes chinoises'", confie-t-elle. Toutefois, elle comprend que certaines aient recours au bistouri, comme ce fut le cas pour une célèbre actrice, qu’elle connaît bien. "Jane Fonda m'a beaucoup émue à ce sujet : on faisait un spectacle féministe et quelqu'un lui a demandé pourquoi elle avait fait de la chirurgie esthétique. Et elle a répondu : 'Parce que je n'ai pas eu le courage de ne pas le faire'. Mais c'est aussi un peu son caractère, elle a toujours été pionnière et a toujours maîtrisé son image. J'ai beaucoup d'admiration pour ça. Moi je suis plus fataliste, ça fait partie de ma culture italienne, mais peut-être qu'un jour je changerai d'avis", (...)

Lire la suite sur Closer

Alain Finkielkraut : "Un phénomène horrible", ses mots bouleversants sur la perte de ses parents
Harry et Meghan : cet accueil glacial qui pourrait les attendre à Noël
Astrologie 2023 : ce qui attend le signe du Scorpion en décembre sur le plan de la santé
Claude François : “Ce qu’il disait s’est réalisé”, cet étrange échange prémonitoire la veille de sa mort
Tuerie de Chevaline : cette piste d’importance que le procureur refuse toujours de commenter, 11 ans après