Publicité

"J’ai mis du temps à parler parce que..." : Accusé de viols et de violences sexuelles, l'humoriste Seb Mellia prend la parole

Cela fait exactement un mois que Florent Mendez a partagé plusieurs témoignages de femmes mettant en cause Seb Mellia. "Je suis consciente que je m’expose à des sévères répercussions", déclarait l'humoriste belge le 12 janvier dernier, en révélant des messages de plusieurs personnes accusant son confrère humoriste de viols et de violences sexuelles. "Je ne peux plus me taire une seconde de plus, il y va de la sécurité des femmes qui fréquentent le milieu de l’humour", écrit alors Florence Mendez. Dans un deuxième post publié le lendemain, elle annonce avoir reçu de nouveaux témoignages dénonçant des faits similaires, dont "quatre qui parlent d’agression sexuelle et cinq qui parlent de viol". "C’est à Seb Mellia d’avoir peur à présent. À lui d’avoir honte. À lui de se sentir sale", a-t-elle écrit. Elle aurait en tout depuis reçu une vingtaine de messages privés de victimes potentielles.

Après plusieurs semaines de silence, Seb Mellia a pris la parole sur Instagram ce dimanche 11 février : "Bonjour les amis, petite vidéo pour vous montrer que je suis en vie. Ce n’est pas le top du top, on n’est pas dans la meilleure forme. Mais vous êtes nombreux à me demander de mes nouvelles, je vous en donne", a-t-il déclaré en préambule. L'humoriste passé par le Jamel Comedy Club a ensuite expliqué les raisons de son long silence : "J’ai mis du temps à parler parce que ce que j’ai vécu était traumatisant. C’est d’une violence… Je n’ai jamais vécu un truc aussi violent. C’est comme si tu te fais mêler par le monde entier. Donc tu es obligé de te recroqueviller, c’est un instinct de survie. Il y a des gens que tu ne connais pas qui viennent, qui détruisent ta vie, qui dévoilent ton intimité sur la place publique… C’est incroyable."

À lire également

"Évidemment je condamne" : Anny Duperey reprend la parole après ses propos polémiques sur Judith Godrèche

"Je vais laisser faire la just...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi