Publicité

Jérôme Jarre n’est pas d’accord avec ce qui est montré de lui dans « #LoveArmy : Où es-tu Jérôme ? »

Jérôme Jarre, ici dans la série documentaire de Prime Video « #LoveArmy : Où es-tu Jérôme ? ».
Capture d’écran Prime Video Jérôme Jarre, ici dans la série documentaire de Prime Video « #LoveArmy : Où es-tu Jérôme ? ».

SÉRIES TÉLÉ - Jérôme Jarre a son mot à dire. Ce mercredi 20 mars, l’ex-superstar de la plateforme de vidéos courtes Vine a transmis un droit de réponse à France Culture, à la suite de la diffusion d’une chronique d’un de ses journalistes sur la série documentaire de Prime Video qui lui est consacrée mais où jamais il n’intervient, #LoveArmy : Où es-tu Jérôme ?.

« Je suis resté sur place pour identifier les associations à qui nous allions donner. Point. Ces assos savent très bien se manager elles-mêmes. Si nos traducteurs rohingyas se sont sentis à l’abandon dans le camp après la fin de la mission », c’est lié à « leur situation/au camp », explique l’ancien influenceur humanitaire, qui conteste la manière dont sont dépeintes ses actions par les équipes du documentaire.

Il précise que sa mission était de lever des fonds (il récoltera plusieurs millions de dollars) et assure que les associations locales étaient très satisfaites des services rendus sur place, même si certaines constructions étaient « évidemment imparfaites ».

Découvrez ci-dessous la bande-annonce :

Dans sa chronique sur France Culture, François Saltiel a dressé un panorama fidèle au documentaire de Charles Villa, dont les cinq épisodes ont été mis en ligne sur Prime Video, ce même mercredi.

À partir d’entretiens de plusieurs proches (dont les Youtubeurs Seb la Frite et Mister V) et d’images d’archives, ils reviennent sur l’ascension fulgurante du fondateur de la Love Army, une association qui avait pour but de venir en aide aux plus démunis. Et plus particulièrement sur la manière dont ce créateur de contenus phare dans les années 2010 s’est semble-t-il laissé dépasser par son engagement humanitaire idéaliste. Jérôme Jarre, lui, n’intervient à aucun moment dans la série.

Jérôme Jarre répond à ses détracteurs

« En mai 2018, Jérôme Jarre quitte le terrain et n’y remet jamais les pieds. Les associations locales embauchées par la ’Love Army’, ne répondent pas à la commande, la construction des écoles ainsi que des maisons est en partie défectueuse, et les chiffres annoncés sont largement gonflés », explique François Saltiel. Et alors qu’il était sur présent en ligne, Jérôme Jarre disparaît des réseaux sociaux entre 2020 et 2022. Qu’a-t-il fait des millions récoltés ? Dans quoi sont-ils partis ?

Chez France Culture, ce dernier se dédouane aussi d’une autre accusation qui lui est faite, celle d’avoir collaboré avec İnsani Yardım Vakfı, une ONG turque accusée d’avoir fait du trafic d’armes vers la Syrie : « Si je ne devais donner les fonds qu’à des assos parfaites qui n’ont aucune casserole aux fesses, je pense qu’on serait toujours à attendre d’en trouver une. »

Sur les réseaux sociaux, Jérôme Jarre n’a pas beaucoup commenté le contenu du documentaire, mais a préféré remercié celles et ceux qui prennent sa défense. Ou inversement, répondre à ceux qui le condamnent, comme dans le tweet ci-dessous.

Contrairement à l’époque dont nous parle #LoveArmy : Où es-tu Jérôme ?, l’ancien influenceur n’a visiblement plus l’intention de garder le silence.

À voir également sur Le HuffPost :

Que fait Bruno Le Maire dans « Influence(s) », cette série docu sur Prime Video avec Iris Mittenaere ?

« LOL : Qui rit, sort » va avoir droit à un nouveau spin-off « dans la vraie vie » sur Prime Video