Ivre, il appelle la police pour signaler qu'on lui a volé son drapeau nazi

·2 min de lecture
Le sympathisant d'extrême droite a fini la nuit au poste (REUTERS/Regis Duvignau)

Une fois arrivés dans le quartier, les policiers sont tombés sur une voleuse elle aussi passablement avinée.

Il n'a pas hésité à appeler la police, mais cela s'est retourné contre lui. Un jeune homme de 23 ans a été interpellé à Saint-Malo (Côtes-d'Armor) dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 avril et placé en garde à vue, après avoir lui même contacté les forces de l'ordre en pleine nuit, et en état d'ébriété, pour signaler un vol de drapeau.

Le Pays Malouin rapporte que suite à cet appel, la police a envoyé une patrouille dans le quartier où résidait le jeune homme et a rapidement appréhendé un couple "dont la femme avait récupéré le drapeau en question". Les officiers ont alors pu constater que ce dernier portait des emblèmes et des symboles du IIIe Reich.

La jeune femme refuse de rendre le drapeau et traite les policiers de "nazis"

Âgée de 27 ans et ivre elle aussi, la jeune femme a expliqué en substance aux policiers qu'elle avait agi ainsi car elle n'avait pas supporté de voir le propriétaire du drapeau exhiber fièrement sa pièce de collection nazie. Les choses ont cependant pris une tournure un peu plus étrange lorsque la jeune femme a refusé de confier le fameux drapeau aux forces de l'ordre.

Selon Le Pays Malouin, elle aurait alors traité les policiers de "nazis" et et aurait "donné un coup de pied à l’un des agents". Les policiers l'ont donc interpellé dans la foulée et placée en garde à vue, tout comme le jeune homme qui avait appelé pour se plaindre du vol du drapeau.

Le propriétaire du drapeau déjà condamné en janvier pour avoir exhibé une bannière nazie

Comme le rapporte le média local, ce dernier avait été condamné à 70 heures de travail d'intérêt général en janvier dernier pour s'être promené dans les rues de Saint-Malo avec un drapeau nazi sur le dos. Il avait à l'époque plaidé une "provocation, due à l’alcool", mais cette récidive pourrait cette fois lui valoir une sanction plus lourde, d'autant qu'il s'agit d'un nouveau drapeau, puisque le précédent avait été saisi et détruit par la justice.

De son côté, la jeune femme va elle aussi faire l'objet d'une procédure pénale pour les insultes et les coups adressés aux policiers. Le Pays Malouin affirme ainsi qu'elle "sera condamnée (sic) pour ses violences par le biais d’une composition pénale (sanction délivrée par le procureur)". Le médial local ne précise pas, cependant, quelle sanction encourt la justicière grise.

Ce contenu peut également vous intéresser :