Publicité

IVG : faut-il créer un congé pour "avorter sans honte ni perte de salaire" ?

IVG : faut-il créer un congé pour
IVG : faut-il créer un congé pour "avorter sans honte ni perte de salaire" ?

Dans la nuit du 8 au 9 mars dernier, l’Assemblée nationale votait à l’unanimité un projet de loi visant à mieux accompagner et prendre en compte la santé mentale des femmes venant de faire une fausse couche. En décembre 2022, les partenaires de la convention collective Syntec signaient pour un accord de deux jours de congés dédiés aux femmes ayant fait une fausse couche. De même en avril chez Carrefour, où trois jours de congés ont été accordés, permettant aux femmes concernées "de ne pas être pénalisées financièrement par la perte de salaire impliquée par la pose d’un arrêt maladie, en déjouant le délai de trois jours de carence non payés".

Et pourquoi pas la même prise en charge pour l’avortement ? Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche ce 30 avril, 32 personnalités (journalistes, avocat, artistes, entrepreneurs…) demandent la mise en place d’un congé dédié à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). "Dans cette situation – qui, pour rappel, est rarement vécue comme un moment de plaisir –, les femmes doivent donc continuer de "se débrouiller" pour s’absenter, autrement dit poser une RTT (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Vernis semi-permanent : l'Académie de médecine met en garde contre les risques des lampes à UV
Vaccination des soignants : les non-vaccinés seront réintégrés mi-mai
La prise d'AINS peut entraîner de graves complications infectieuses, alerte l'ANSM
Pourquoi y a-t-il de plus en plus d'allergiques aux pollens en France ?
Cigarette électronique : l'arôme menthe serait particulièrement dangereux