Publicité

IVG dans la Constitution : La référence historique qui se cache derrière la tenue blanche de ces parlementaires

Plusieurs députées écologistes dont Sandrine Rousseau et Mélanie Vogel ont choisi de s’habiller en blanc en ce jour historique. Et ce n’est pas un hasard.

Photo publiée par Sandrine Rousseau sur son compte X ce lundi 4 mars.
Capture X - Sandrine Rousseau Photo publiée par Sandrine Rousseau sur son compte X ce lundi 4 mars.

POLITIQUE - Un jour historique, et des symboles qui en disent long. Ce lundi 4 mars, et alors que les parlementaires réunis en Congrès à Versailles s’apprêtent à constitutionnaliser l’IVG, plusieurs élues écologistes ont décidé de venir vêtues de blanc. C’est notamment ce qu’a expliqué dans la matinée la députée de Paris Sandrine Rousseau, sur franceinfo.

IVG dans la Constitution : Dupond-Moretti, artisan inattendu d’une victoire collective « historique »

« Je me suis habillée en blanc, je sais que d’autres vont s’habiller en blanc en solidarité avec les députées américaines démocrates qui étaient rentrées au Congrès en blanc en souvenir des suffragettes », a-t-elle justifié, plaçant ce geste dans le sillage d’une « internationale féministe ». Mélanie Vogel, sénatrice écologiste qui a joué un rôle majeur dans l’adoption de cette révision à la chambre haute, a fait le même choix vestimentaire, comme plusieurs de ses collègues.

Au mois de février 2019 des parlementaires américaines s’étaient effectivement rendues au Congrès habillées de blanc, à l’occasion du discours sur l’État de l’Union prononcé par Donald Trump. Une référence aux tenues que portaient les suffragettes, expliquait alors le Washington Post. Au début du XXe siècle, celles qui militaient pour que les femmes obtiennent des droits équivalents à ceux des hommes défilaient en robes blanches aux États-Unis.

Un code récurrent aux États-Unis

Un siècle plus tard, c’était donc pour souligner le chemin qu’il restait à parcourir pour arriver à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes que ces élues avaient décidé de se vêtir ainsi, qui plus est dans un contexte où l’ex président était régulièrement épinglé pour ses sorties sexistes. Et nous étions alors plus de trois avant que la Cour suprême américaine, dont la composition a considérablement changé sous Donald Trump, décide d’annuler l’arrêt qui garantissait l’accès à l’avortement.

Cette référence est récurrente dans le langage politique américain. Quelques mois plus tôt, c’était la benjamine du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, qui avait fait le choix de cette tenue symbolique pour sa prestation de serment. Sandrine Rousseau lui a d’ailleurs fait référence dans son tweet de lundi.

En février 2017 déjà, des dizaines d’élues du parti démocrate avaient revêtu une tenue blanche pour le premier discours au Congrès de Donald Trump, pour soutenir les droits des femmes « que le président ne respecte pas ». Une tenue à la charge symbolique forte, qui se retrouve désormais à Versailles pour inscrire la « liberté garantie » à toutes les femmes d’accéder à l’IVG dans la Constitution française.

VIDÉO - IVG dans la Constitution : "On doit se réjouir aujourd'hui mais le combat continue"