Publicité

IVG dans la Constitution : après le cérémonial, la loi fondamentale promulguée au Journal officiel

Après la cérémonie de constitutionnalisation de l’IVG du vendredi 8 mars, Emmanuel Macron a officiellement promulgué la loi protégeant la « liberté garantie ».
GONZALO FUENTES / Pool / AFP Après la cérémonie de constitutionnalisation de l’IVG du vendredi 8 mars, Emmanuel Macron a officiellement promulgué la loi protégeant la « liberté garantie ».

DROITS DES FEMMES - C’était la dernière étape à franchir pour que la promesse devienne réalité. Dans la foulée d’un vendredi 8 mars marqué par une importante cérémonie place Vendôme, le président de la République Emmanuel Macron a promulgué la loi constitutionnelle relative à la liberté de recourir à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), selon le Journal officiel publié ce samedi 9.

Catherine Ringer n’a pas pris de gants pour éconduire Emmanuel Macron après sa « Marseillaise »

« La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse », peut-on lire dans le texte publié au JO. Introduite à l’article 34 de la Constitution, cette phrase fait de la France une pionnière dans le monde avec une référence aussi claire à l’IVG dans son texte fondamental, à rebours de plusieurs pays où le droit à l’avortement recule, aux États-Unis comme en Europe de l’Est.

« Le début d’un combat en Europe »

Dans la foulée de la promulgation de la loi, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a salué sur X « la fin d’un combat en France, et le début d’un combat en Europe. Pour toutes les femmes ». Une référence à la volonté affichée par Emmanuel Macron de protéger la liberté d’avorter au niveau européen.

La formulation de « liberté garantie » à l’IVG est l’aboutissement de longs débats au Parlement et particulièrement au Sénat, où une partie de la droite était réticente, dont le président Gérard Larcher qui s’est finalement abstenu lors du vote du Parlement réuni lundi en Congrès à Versailles et qui a opportunément manqué la cérémonie de vendredi.

À l’issue du vote historique organisé à Versailles la semaine passée, députés et sénateurs ont très largement approuvé l’inscription dans la Constitution de l’IVG (780 pour, 72 contre). Emmanuel Macron avait fait de cette réforme l’une des promesses phares du volet sociétal de sa politique ces derniers mois, embrassant les différentes initiatives parlementaires de la gauche, soutenue par la majorité.

À voir également sur le HuffPost :

IVG inscrite dans la Constitution : en réaction, l’Église catholique appelle à « jeûner et prier »

Sur l’IVG dans la Constitution, Yaël Braun-Pivet a changé d’avis et s’en explique