Publicité

Itinéraire de deux journalistes, condamnées pour avoir aidé des djihadistes

Le 23 janvier, le procureur avait requis des amendes de plusieurs milliers d’euros ainsi que cinq ans avec sursis contre l’avocat, dix mois contre Édith Bouvier, 44 ans, et douze mois contre Céline Martelet, 44 ans, avec sursis dans leurs cas également.  - Credit:Shutterstock/SIPA / SIPA / /SIPA
Le 23 janvier, le procureur avait requis des amendes de plusieurs milliers d’euros ainsi que cinq ans avec sursis contre l’avocat, dix mois contre Édith Bouvier, 44 ans, et douze mois contre Céline Martelet, 44 ans, avec sursis dans leurs cas également. - Credit:Shutterstock/SIPA / SIPA / /SIPA

Ce n'était ni vraiment un secret, ni une affaire publiquement débattue dans les rédactions. Édith Bouvier et Céline Martelet, journalistes indépendantes collaborant ou ayant collaboré à de nombreux médias (BFMTV, RMC, Mediapart, France Inter, Marianne, Politis ainsi qu'au Point), ont comparu fin janvier devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les affaires de terrorisme, avec l'ex-avocat Bruno Vinay.

Les trois étaient accusés de financement du terrorisme (article 421-2-2 du Code pénal), délit puni d'une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison et 225 000 euros d'amende. Le 23 janvier, le procureur avait requis des amendes de plusieurs milliers d'euros ainsi que cinq ans avec sursis contre l'avocat, dix mois contre Édith Bouvier, 44 ans, et douze mois contre Céline Martelet, 44 ans, avec sursis dans leurs cas également. La cour a suivi ses réquisitions.

Dans le chaos de Mossoul

La toile de fond du dossier est la fin de la bataille de Mossoul, en Irak, en 2017. Des Français partis se battre du côté de l'organisation État islamique se retrouvent coincés dans les dernières poches de résistance du califat, assaillies par les troupes régulières irakiennes. Me Vinay tente d'exfiltrer Maximilien Thibaut, un converti, membre du groupe nantais islamiste Forsane Alizza, ainsi que son épouse Mélina Boughedir et leurs quatre enfants.

Il s'agit d'envoyer de l'argent fourni par les proches du djihadiste en Irak, dans le but de corrompre [...] Lire la suite