Publicité

Italie : ils empoisonnent un curé en remplaçant le vin de messe par de l'eau de Javel

En portant le calice à sa bouche, Don Felice a remarqué une odeur étrange.

Le curé a fait analyser son vin de messe après lui avoir trouvé une odeur suspecte (image d'illustration : Getty images)
Le curé a fait analyser son vin de messe après lui avoir trouvé une odeur suspecte (image d'illustration : Getty images)

Ce n'était pas la première fois qu'on tentait de l'intimider. Depuis dix ans, Don Felice Palamara est curé de la paroisse de San Nicola di Pannaconi, dans la province de Vibo Valentia, au sud de l'Italie. Et depuis le début de l'année, sa voiture a été endommagée, des menaces de mort ont été déposées dans sa boîte aux lettres et plus récemment... on a tenté de l'empoisonner.

Le vin et l'eau remplacés par de la Javel

Comme il le raconte au Corriere della Sera, le curé était en train de prononcer la messe du samedi après-midi lorsque soudain, en portant à ses lèvres le calice de vin de messe, il sent une odeur inquiétante. Il interrompt la cérémonie en expliquant aux fidèles qu'il ne se sent pas bien.

Don Felice Palamara porte rapidement plainte auprès de la police locale. Très vite, les analyses ordonnées par celle-ci révèlent la présence d'eau de Javel dans les bouteilles de vin et d'eau de la messe. Un geste qui aurait pu avoir de graves conséquences pour ce curé asthmatique et qui souffre également d'une maladie cardiaque. "Je suis sûr que cette dernière intimidation ne vient pas de mes paroissiens (...) Ma vengeance s'appelle amour, mon bouclier pardon, mon armure miséricorde", a-t-il affirmé au Corriere.

Un chat mort sur le capot de la voiture

Ces derniers jours, un autre curé de la même province, Don Francesco Pontoriero, a lui aussi été victime d'intimidations : un chat mort a été placé sur le capot de sa voiture et des lettres de menaces lui ont été envoyées. Depuis la démission du maire en août dernier, de possibles influences mafieuses sur l'administration locale sont apparues, et la ville est désormais gérée par un commissariat. L'évêque du diocèse, Attilio Nostro a appelé les communautés chrétiennes à "ne pas se laisser décourager par la violence".

La province de Vibo Valentia, où se sont déroulés les faits, est tristement réputée pour ses faits divers récurrents liées à la mafia et pour ses arrestations de masse de criminels de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise. Il y a six mois, l'un de ces professionnels du crime avait été arrêté pour avoir tué une femme et jeté son corps aux cochons.

VIDÉO - Italie : plus de 200 personnes condamnées dans un procès XXL contre la mafia calabraise