Italie: la Cour constitutionnelle juge "illégitime" l'attribution automatique du nom du père à l'enfant

(Photo d'illustration) - Philippe Huguen - AFP
(Photo d'illustration) - Philippe Huguen - AFP

La Cour constitutionnelle italienne a déclaré mercredi "illégitime" l'attribution automatique du nom de famille du père à l'enfant, ce dernier pouvant avoir les noms des deux parents ou seulement l'un des deux en cas d'accord.

"La Cour déclare l'illégitimité constitutionnelle de toutes les normes prévoyant l'attribution automatique du nom de famille du père aux enfants nés dans un mariage, hors mariage et adoptifs. Il sera du devoir des législateurs de régler tous les aspects liés à cette décision", a indiqué la plus haute juridiction italienne dans un communiqué.

Au juge de statuer en cas de désaccord entre les parents

La nouvelle règle est que "l'enfant prend le nom de famille des deux dans l'ordre sur lequel ces derniers se mettent d'accord, sauf s'ils décident d'un commun accord d'attribuer seulement le nom de famille de l'un des deux", précise la Cour. En cas de désaccord entre les parents, il reviendra à un juge de statuer.

En Italie les enfants avaient jusqu'à présent automatiquement le nom de famille du père, tandis que la mère garde traditionnellement son nom de famille de jeune fille.

Alessandra Mussolini, la petite-fille du dictateur Benito Mussolini, s'est réjouie de cette nouvelle règle dans une interview au quotidien romain Il Messaggero, expliquant combien cela fut compliqué de donner à ses deux filles son propre nom de famille et à son fils les deux noms de famille.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles