Publicité

Israël: l'Assemblée nationale observe une minute de silence en hommage aux victimes du Hamas

En ouverture de la séance de questions au gouvernement, une minute de silence a été observée par l'Assemblée nationale en hommage aux victimes de l'offensive menée samedi par le Hamas en Israël.

Un hommage après le massacre en Israël. L'Assemblée nationale a observé ce mardi après-midi une minute de silence en hommage aux victimes des attaques du Hamas conduites dans l'État hébreu samedi, avant une séance de questions d'actualité au gouvernement largement consacrée à la situation au Proche-Orient.

"Rien n'excuse le terrorisme et la barbarie", a assuré la Première ministre Elisabeth Borne dans l'hémicycle. "Nous sommes aux côtés du peuple israélien dans cette épreuve".

"Horreur, sidération, angoisse : le monde est aujourd'hui en état de choc devant la violence de l'attaque terroriste qui a frappé Israël", a déclaré de son côté la présidente de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet, avant de lancer cet hommage pendant lequel les députés se sont tous levés.

"Totale solidarité" affirme Yaël Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet a par ailleurs qualifié Israël de "pays ami", à qui elle a réaffirmé "au nom de la représentation nationale, notre totale solidarité et notre soutien inconditionnel". Elisabeth Borne a repris la parole après les interventions de l'ensemble des groupes politiques, pour répondre à leurs questions.

Le président des Républicains et député Éric Ciotti a appelé à "condamner sans réserve ceux qui ont commis ces exactions, ces terroristes".

"Il faut couper toute aide au développement à ceux qui participent au financement du terrorisme", a-t-il ajouté, plaidant aussi pour des sanctions contre l'Iran et le Qatar "qui financent le terrorisme".

LFI dit penser aux civils israéliens comme gazaouis

Les députés de son groupe ont ensuite quitté l'hémicycle lors de la prise de parole de la cheffe de file des députés LFI, visés par de vives critiques pour leur réaction aux attaques du Hamas.

Mathilde Panot a exprimé "une pensée emplie d'humanité pour les otages, les civils tués en Israël par les actes de terreur perpétrés par le Hamas, ainsi que pour les civils qui, à Gaza, sont tués sous les bombes de Tsahal". Elle a appelé la France à "œuvrer au rétablissement d'un processus de paix qui mène à deux États".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Mis à l'abri, les Israéliens qui habitaient près de Gaza encore sous le choc